La NASA vient de choisir un site d’atterrissage sur la Lune pour son robot-foreur

Pour préparer les futures missions de ses astronautes sur la Lune, la NASA est en train d’apprendre à extraire des ressources de la surface lunaire. Parmi ces ressources, il y a la glace d’eau qui pourra être transformée en carburant et en eau potable. La première étape pour la NASA sera d’envoyer un robot qui va effectuer des opérations de forage.

Récemment, l’agence spatiale américaine a annoncé qu’ils avaient choisi où le robot allait atterrir pour commencer à chercher de la glace. Le site se trouve dans le cratère  Shackleton au niveau du pôle sud de la Lune, plus précisément à l’endroit dénommé « Shackleton connecting ridge ». D’après la NASA, les données montrent qu’il y a de la glace qui se trouve sous la surface de cette zone.

Crédits 123RF.com

La mission sera lancée l’année prochaine et sera réalisée en partenariat avec l’entreprise Intuitive Machines. Cette dernière va fournir l’atterrisseur qui transportera le robot de la NASA dénommé PRIME-1 ou Polar Resources Ice-Mining Experiment-1.

Une mission importante

Selon Jackie Quinn, chef du projet PRIME-1 au Kennedy Space Center de la NASA en Floride, trouver un endroit où on pourrait découvrir de la glace à une profondeur ne dépassant pas le mètre n’a pas été facile. La lumière du Soleil ne manque pas à la surface de la Lune pour alimenter les appareils. Toutefois, la température peut devenir très élevée, ce qui va empêcher l’existence de la glace qui aurait pu être accessible à la foreuse du robot. Il a donc fallu trouver un site où il y a juste assez de lumière du Soleil pour satisfaire les besoins de la mission. Il faut aussi que ce soit une zone sûre pour l’atterrissage, et accessible aux systèmes de communication.

La mission PRIME-1 est une étape importante pour apprendre à extraire des ressources sur la surface lunaire. Dans le cadre du programme Artemis, une série de missions habitées plus longues sera envoyée sur la surface de la Lune. Mais pour que ce soit durable, il faut que les scientifiques et les ingénieurs apprennent à utiliser les ressources dans l’environnement local.

Au cours de la mission PRIME-1, une foreuse dénommée TRIDENT ou The Regolith Ice Drill for Exploring New Terrain essayera de creuser jusqu’à un mètre. Le robot sera également équipé d’un spectromètre de masse qui va mesurer les gaz que TRIDENT va détecter.

Après cette mission, la NASA compte envoyer une autre mission dénommée VIPER ou Volatiles Investigating Polar Exploration Rover qui va atterrir sur la Lune en 2023.

Une occasion de tester certaines technologies

À part la mission PRIME-1, l’atterrisseur d’Intuitive Machines, qui s’appelle Nova-C, transportera également d’autres expériences pour tester certaines technologies. Il y aura par exemple la technologie de Nokia qui va tester un réseau 4G et LTE destiné à l’environnement spatial. Il y aura aussi un rover-sauteur d’Intuitive Machines dénommé Micro-Nova qui va essayer de prendre des photos et de collecter des données scientifiques dans un cratère des environs.

C’est en octobre 2020 que la NASA a annoncé qu’ils allaient payer Intuitive Machines jusqu’à 47 millions de dollars pour transporter PRIME-1 sur la Lune. En août dernier, Intuitive Machines a de son côté annoncé qu’ils allaient utiliser une fusée Falcon 9 de SpaceX pour effectuer le lancement.

Mots-clés luneNASArobot