La Nike Vaporfly et son étonnante efficacité font de nouveau parler d’elles

Comme on vous le rapportait il y a quelque temps, les chaussures de course Vaporfly de Nike permettent apparemment aux athlètes de courir plus vite. Ce qui a conduit des coureurs, sponsorisés par d’autres marques, à les porter en secret dans des compétitions.

En octobre dernier, à Vienne, Eliud Kipchoge a battu un record en terminant une épreuve de marathon en moins de deux heures. Le même mois, Brigid Kosgei a établi un nouveau record du marathon féminin à Chicago. Exploit renouvelé en novembre 2019. Geoffrey Kamworor a quant à lui remporté le marathon de New York pour la deuxième fois en trois ans. Le point commun de ces trois réalisations ? Chaque coureur portait des Nike Vaporfly.

LOgo Nike sur une chaussure de course

Crédits Pixabay

D’après Geoff Burns, chercheur en kinésiologie et coureur professionnel, ces chaussures rendent le coureur plus rapide pour le même effort ou la même capacité si l’on compare deux athlètes de même niveau. Toujours selon ce spécialiste, il est fort probable que celui avec des Nike Vaporfly va battre celui qui n’en est pas équipé.

Des chaussures plus performantes

Depuis 2016, les Vaporfly de Nike ont donc contribué à propulser pas mal d’athlètes sur le podium. Pour la simple et bonne raison que la conception de leurs semelles donne aux coureurs au moins 4 % d’efficacité énergétique que les autres modèles de chaussures de course.

D’ailleurs, pour être au même niveau que ceux qui en sont équipés, certains coureurs sponsorisés par d’autres marques ont apparemment recours aux tennis magiques, allant jusqu’à les noircir pour cacher le logo de Nike.

C’est par exemple le cas de Tommy Rivers Puzey qui avoue avoir porté des Nike Vaporfly noircies exprès lors du marathon international de Californie en décembre. Alors qu’il était parrainé par d’autres sociétés.

Puzey explique à Business Insider qu’un athlète pourrait s’entraîner pendant deux ans pour améliorer son efficacité d’environ 1,5 %. Et cela nécessite un entraînement intensif, des régimes stricts, des massages, des siestes et sans oublier les risques de dégradation du corps.

Le secret des Nike Vaporfly

Le secret de ce modèle réside en fait dans les semelles. En fusionnant une couche de mousse et une plaque en fibre de carbone courbée vers l’avant des chaussures, Nike est parvenu à minimiser la quantité d’énergie perdue par passage, de l’ordre de 4,2 %, tout en offrant plus de confort à celui ou celle qui les portent.

De plus, la partie supérieure des chaussures est faite de « Vaporweave », un textile presque aussi fin que le papier, mais à la fois résistant et respirant. Quoi de mieux pour aspirer à de meilleures performances.

Pour sa part, Puzey, l’athlète professionnel en est convaincu, il pense ne pas pouvoir se qualifier pour les essais du marathon olympique de Tokyo sans des Nike Vaporfly. Un coup de pouce non négligeable qui font que ces modèles soient l’objet de polémiques incessantes dans le milieu de la course.

Mots-clés nikevaporfly