La pétition anti-Pornhub a dépassé les 800 000 signatures

Rien ne semble pouvoir l’arrêter. La pétition anti-Pornhub lancée le mois dernier par Laila Mickelwait vient de franchir un nouveau cap. Celui des huit cent mille signatures.

Pornhub se trouve actuellement dans une situation délicate. En février, le site a en effet été épinglé par un article de la BBC au sujet d’une affaire remontant à plusieurs années en arrière. Une affaire particulièrement sordide, sur fond de viol et de pédopornographie.

Crédits Pixabay

En 2008, une adolescente de 14 ans a été kidnappée par deux hommes en rentrant d’une fête.

Pornhub sous le feu des critiques

Les ravisseurs l’ont emmené dans une maison située aux abords de la ville et ils l’ont alors violée et battue pendant douze heures pendant qu’un complice filmait toute la scène.

Ils ont ensuite relâché leur victime au bord d’une route et cette dernière a dû parcourir plusieurs kilomètres pour retrouver son domicile.

À l’époque, sa famille n’a pas prêté attention à son témoignage. Pire encore, certains de ses proches lui ont même reproché ce qui lui était arrivé, arguant qu’elle n’avait en premier lieu pas à sortir le soir.

Rose, c’est son nom, a tenté tant bien que mal de reprendre le cours de sa vie. Mais quelques mois plus tard, un de ses camarades lui a appris qu’une vidéo d’elle circulait sur MySpace.

La vidéo en question provenait en réalité de Pornhub et elle avait été tournée par ses ravisseurs. Elle montrait donc son viol. En fouillant la plateforme, Rose a trouvé une dizaine d’autres vidéos similaires. Des vidéos très populaires et cumulant plusieurs centaines de milliers de vues.

Une ligne de défense qui ne convainc pas

Effondrée, l’adolescente a bien tenté de contacter la plateforme pour faire retirer les vidéos, mais cette dernière n’a pas accédé à sa demande. Rose a donc dû se faire passer pour sa propre avocate afin d’obtenir le retrait de toutes les séquences filmées durant son viol.

Cette affaire était passée totalement inaperçue, mais Rose a fini par en parler sur son blog et l’information a ensuite été reprise par la BBC. Pornhub a alors été pris pour cible par de nombreuses personnes, et notamment par Laila Mickelwait, la personne qui a lancé cette fameuse pétition anti-Pornhub.

De son côté, la plateforme n’a pas gardé le silence et un de ses porte-parole a ainsi tenu à rappeler que Pornhub appartenait à l’époque à une autre compagnie et que ses nouveaux propriétaires n’avaient donc rien à voir dans cette histoire, mais cette ligne de défense n’a pas eu l’effet escompté.

800 000 signatures

Loin de se limiter à l’histoire de Rose, Laila Mickelwait et ses soutiens ont en effet pointé du doigt d’autres affaires plus récentes, et notamment celle des victimes de Girls do Porn.

L’affaire a pris de l’ampleur dans les semaines suivantes. La pétition a ainsi dépassé le cap des cinq cent mille signatures le 10 mars dernier, puis celui des six cent mille le 1er avril. Le rythme semble s’accélérer désormais, puisque le cap des 700 000 signatures a été atteint le 9 avril. Et à présent, ce sont donc plus de huit cent mille personnes qui lui ont apporté leur soutien.

La polémique semble donc enfler, et la situation n’est sans doute pas prête de s’inverser. D’autant que plusieurs associations ont écrit une lettre au chef de l’état en début de semaine afin de critiquer vivement les opérations séduction lancées par Pornhub et d’autres acteurs du marché depuis le début du confinement.

Mots-clés nsfypornhub