La pétition anti-Pornhub a franchi le cap du million de signatures

Pornhub risque de ne pas être très content, mais la pétition lancée à son encontre par Laila Mickelwait et ses associés plus tôt dans l’année vient de franchir un nouveau cap. Et pas n’importe lequel. Elle a effectivement été signée par plus d’un million de personnes.

L’affaire trouve ses origines dans un article publié en février par la BBC.

Une femme se tenant le visage dans la pénombre

Photo de Juan Pablo Serrano Arenas provenant de Pexels

Ce dernier évoquait une affaire remontant à plusieurs années en arrière.

Pornhub dans la tourmente

En 2008, une adolescente âgée alors de seulement 14 ans avait été kidnappée par deux hommes puis emmenée dans une maison isolée et située aux abords de la ville, pour être violée et battue. Son calvaire a duré plus de douze heures et un troisième complice muni d’une caméra avait filmé toute la scène.

Après avoir été relâchée sur le bas-côté d’une route, l’adolescente a pu retrouver son domicile et elle a tenté de reprendre le cours normal de sa vie.

Mais voilà, quelques mois après les faits, l’une de ses connaissances l’a contacté pour l’avertir qu’elle apparaissait dans une vidéo sexuellement explicite, une vidéo circulant sur MySpace.

Après avoir effectué des recherches en ligne, l’adolescente a alors découvert que ses tortionnaires avaient publié plusieurs vidéos de son viol sur Pornhub.

À lire aussi : Pornhub accusé d’exploitation de mineurs

Une affaire de viol comme point de départ

À l’époque, elle a bien entendu tenté de contacter le site pour les faire retirer, mais ce dernier est resté sourd à ses suppliques. L’adolescente a alors dû se faire passer pour un avocat afin d’obtenir le retrait des images incriminées.

Si Pornhub appartenait à l’époque à une toute autre société, l’article de la BBC a fait l’effet d’un véritable séisme sur la toile. L’entreprise s’est très vite retrouvée sous le feu des critiques. À un point tel qu’elle a par la suite été obligée de sortir de son silence et de donner sa version des faits.

Après avoir rappelé que le site n’appartenait pas au même groupe au moment des faits, Pornhub a ainsi mis en avant les nombreuses mesures prises pour éviter ce type de contenus. Ce qui n’a pas calmé les critiques.

À lire aussi : Pornhub répond à la pétition exigeant la fermeture du site

300 associations ont répondu présentes

En février, Laila Mickelwait a lancé une pétition sur Pornhub afin de demander la fermeture du service. L’initiative a payé. La pétition a très vite commencé à accumuler des milliers de signatures, puis des centaines de milliers.

Et en début de semaine, elle a franchi un nouveau cap : celui du million de signatures.

Cette pétition a également eu de nombreuses retombées. Face à la situation, un sénateur américain du nom de Ben Sasse a écrit une lettre à l’attention du procureur général William Barr afin de demander l’ouverture d’une enquête portant sur Pornhub et sa société-mère, MindGeek. En parallèle, un groupe de députés canadiens en a fait tout autant, cette fois en envoyant un courrier à Justin Trudeau.

À lire aussi : 800 000 signatures pour la pétition anti Pornhub

Pornhub bientôt visé par une enquête ?

La pétition a également reçu le soutien de nombreuses associations de lutte contre le trafic sexuel ou pour les droits de la femme. En tout, elles sont plus de trois cents à avoir répondu à l’appel lancé par Laila Mickelwait.

Les accusations sont graves. Elles le sont d’autant plus que, selon les plaignants, Pornhub tire directement profit de tous les contenus présents au sein de son catalogue.

Comme de nombreux sites à l’heure actuelle, la plateforme diffuse en effet des campagnes publicitaires sur toutes ses pages et ces dernières apparaissent ainsi autour de toutes les vidéos hébergées sur ses serveurs.

Mots-clés nsfypornhub