La pilule contraceptive mensuelle est en cours de développement

Parmi les nombreuses formes de méthodes contraceptives, la pilule fait partie des plus utilisées. Bien qu’elle soit assez pratique, elle présente quand même certains risques puisqu’elle doit être prise tous les jours. Un seul oubli peut en effet augmenter les chances de tomber enceinte.

Afin de résoudre ce problème, des scientifiques du MIT ou Massachusetts Institute of Technology ont élaboré un nouveau type de pilule contraceptive qui ne nécessite qu’une seule prise par mois.

Crédits Pixabay

Les résultats de l’étude ont été publiés le 4 décembre dernier dans la revue Science Translational Medicine. Selon l’article, la pilule contraceptive se présente sous forme d’une capsule qui, une fois avalée et arrivée dans l’estomac, libère un dispositif en forme d’étoile de mer.

Celui-ci a pour fonction de libérer lentement les hormones pendant une certaine période pour empêcher la grossesse.

Pour le moment, on ne sait pas encore si la pilule « Once-a-Month » sera efficace chez les humains, mais en tout cas, les tests qui ont été effectués sur des porcs se sont avérés être un succès.

Une nouvelle forme de pilule

Aux États-Unis, environ 12,6 % des femmes ont opté pour la pilule contraceptive orale pour éviter de tomber enceinte. Selon Ameya Kirtane, auteure principale de l’étude et Post-doctorante au sein du MIT, leur but était de trouver le meilleur moyen pour que les patientes adhèrent mieux aux traitements. À l’origine, ils avaient développé le système d’administration pour traiter le VIH et le paludisme mais ils ont ensuite compris que la méthode pourrait aussi fonctionner pour la contraception.

Selon l’article, la pilule est constituée de six bras faits de polyuréthane. Les scientifiques ont découvert que ce polymère était celui qui fonctionnait le mieux grâce à des tests effectués en utilisant une simulation de liquide gastrique. Selon les chercheurs, la quantité de médicaments contenue dans la pilule peut augmenter en fonction de la longueur des bras.

Les bras sont reliés au centre par des polymères de liaison qui peuvent être conçus pour se décomposer au bout de trois à quatre semaines. Cela va entraîner la réduction de la taille de la pilule qui pourra ainsi être évacuée du corps.

Sera-t-il possible de l’utiliser chez les humains ?

Les scientifiques ont franchi une étape importante grâce au succès des expériences sur les porcs, ces derniers étant beaucoup plus similaires aux humains que les rongeurs.

Selon Christine Metz, Professeur au Feinstein Institutes for Medical Research de Northwell Health, à New York, le fait que les scientifiques ont testé leur produit sur des porcs et non sur des rongeurs est très prometteur.

Metz a cependant souligné que les truies étaient différentes des femmes en ce qui concerne le cycle de reproduction. Selon ses explications, ce dernier est plus court chez la truie et l’apparition des règles diffère également. D’autre part, le processus de digestion chez le porc  ne ressemble en aucune façon à celui de l’homme.

Dans tous les cas, bien que des recherches plus approfondies doivent encore être effectuées, l’idée est plutôt innovante et très pratique, surtout pour celles qui ont tendance à oublier de prendre leur pilule tous les jours.

Mots-clés contraceptionsanté