La plus ancienne sépulture d’Homo sapiens a été découverte et elle est vieille de 78 000 ans

Les origines des pratiques funéraires actuelles remontent à des dizaines de milliers d’années. C’est ce que nous prouvent les résultats d’une étude récemment parue dans la revue Nature. En effet, l’analyse des restes d’un jeune Homo sapiens a permis aux archéologues de conclure qu’il y a 78 000 ans, les Homo sapiens pratiquaient déjà l’inhumation.

Cette découverte nous en apprend beaucoup sur la façon dont les Homo sapiens s’occupaient de leurs morts. D’ailleurs, une autre sépulture, vieille de 74 000 ans, présente de nombreuses similitudes avec celle de cet enfant baptisé Mtoto.

Photo de Kenneth Schulze. Crédits Pixabay

Pour arriver à cette conclusion, Nicole Boivin de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine, et son équipe ont minutieusement examiné les ossements, la dentition, ainsi que l’environnement dans lequel l’enfant se trouvait.

On en sait un peu plus sur Mtoto, plusieurs années après sa découverte

Pour information, les restes de cet Homo Sapiens furent découverts en 2013 dans la grotte de Panga ya Saidi (Kenya), enterrés à 3 mètres de profondeur. Mais au vu de la fragilité des restes, leur transport vers la CENIEH (Centro Nacional de Investigación sobre la Evolución Humana) aux fins d’analyses n’a pu se faire qu’en 2017.

D’après les informations partagées, deux de ses dents ont permis de confirmer l’âge de Mtoto, tandis que les caractéristiques de ses os ont permis de savoir comment il fut inhumé. Ainsi, en se basant sur la position de son squelette, les experts ont pu avancer que Mtoto fut mis sous terre dans un linceul, reposant sur le côté droit, les cuisses repliées vers son torse.

La dislocation post-mortem du crâne de Mtoto indique également que ses congénères l’ont enterré avec une sorte d’oreiller, qui s’est dégradé tout comme le linceul, avec le temps. Enfin, vu que la décomposition du corps a eu lieu au même endroit, les scientifiques affirment que Mtoto fut mis sous terre peu de temps après avoir trépassé.

Les morts avaient beaucoup d’importance pour les Homo sapiens

Grâce à cette découverte, nous savons maintenant comment les Homo sapiens enterraient leurs morts. Selon les archéologues, le décès d’un enfant semblait particulièrement toucher nos ancêtres. D’ailleurs, une autre sépulture, vieille de 74 000 ans et toujours celle d’un enfant, vient confirmer cette hypothèse.

Ainsi, les Homo sapiens mettaient une attention assez particulière lorsqu’il s’agit de l’inhumation d’un enfant. D’ailleurs, à l’instar des Homo sapiens, les Néandertaliens disposaient aussi de leurs propres pratiques funéraires.

Mots-clés paléontologie