La plus vieille poche d’eau de la planète est vieille de 2 milliards d’années

En 2013, des chercheurs ont fait la découverte d’une poche d’eau assez particulière dans la mine Kidd (Canada), à une profondeur de 2,4 km. Depuis, la communauté scientifique croyait que cette réserve d’eau souterraine vieille de 1,5 milliard d’années était la plus ancienne de la Terre.

Mais quelques années plus tard, plus précisément en 2016, de nouvelles investigations ont changé la donne. Les travaux ont en effet permis de retrouver une autre poche d’eau encore plus vieille, toujours dans la mine Kidd. Et cette dernière est âgée de 2 milliards d’années. Cette nouvelle poche d’eau bat donc le record.

Une grotte avec une poche d'eau
Crédits Pixabay

Mais c’est aussi une aubaine pour les chercheurs qui veulent en apprendre davantage sur les anciennes formes de vie présentes sur Terre, en plus de nous renseigner si d’autres planètes peuvent abriter la vie.

De l’eau très riche en gaz dissous et en sels

Cette nappe vieille de 2 milliards d’années se trouve à environ 3 km de profondeur. Notons que Barbara Sherwood Lollar de l’Université de Toronto (Canada), a déclaré que cette trouvaille fut une grande surprise.

Afin de connaître l’âge exact de cette poche d’eau, la chercheuse et ses compères ont examiné les gaz dissous qu’elle contenait (comme l’argon, l’hélium, le néon ainsi que le xénon). Ce qui leur a permis de déterminer l’âge de cette poche d’eau. À noter qu’à cette profondeur et vu son âge, cette eau est une véritable relique, consignant tout un pan de l’histoire géologique de la région, et de la Terre par la même occasion.

En outre, les chercheurs ont aussi découvert que cette eau présente une forte teneur en sulfate, résultant d’une réaction chimique naturelle entre le liquide et la roche.

Cette découverte en engendrera peut-être d’autres

Cette forte teneur en sulfates est justement un indicateur très important selon les chercheurs. En effet, la possibilité de l’existence de vie microbienne indépendante, capable de prospérer durant plusieurs milliards d’années n’est pas à écarter.

Et comme l’explique Barbara Sherwood Lollar, vu que Mars renferme probablement des eaux souterraines du même genre, il est tout à fait possible que la planète rouge abrite aussi la vie.

Mais avant de pouvoir confirmer quoi que ce soit, de nombreuses prospections seront encore nécessaires. On espère que les données issues des récentes missions exploratoires envoyées sur Mars nous en apprendront un peu plus.

Mots-clés géologie