La politique indienne sur les investissements étrangers paralyse les activités de Walmart

Walmart Inc. est une grande entreprise américaine de commerce qui a opéré en Inde durant onze ans. Seulement, Walmart n’a jamais développé son activité sur le territoire indien à cause des règles restrictives qu’impose le gouvernement indien à l’égard des entreprises étrangères.

Les gouvernements qui se sont succédé durant plus d’une décennie ont toujours refusé d’accorder à Walmart l’autorisation d’ouvrir son propre magasin.

La seule manière pour les investisseurs d’étendre leurs activités commerciales en Inde est de conclure des partenariats avec les détaillants locaux. Walmart est d’ailleurs en partenariat avec Bharti Enterprises Pvt.Ltd. Toutefois, là encore, les investisseurs ne peuvent avoir aucun contact direct avec les consommateurs.

De même, les investisseurs doivent se conformer à des réglementations strictes en ce qui concerne les chaînes d’approvisionnement des détaillants locaux.

Seize milliards de dollars pour franchir cette barrière gouvernementale

Walmart a procédé à l’acquisition du groupe Flipkart, la plus grande entreprise de commerce en ligne de l’Inde pour seize milliards de dollars. Ce rachat, qui semble avoir été soigneusement planifié depuis longtemps, est une stratégie remarquable qui profite au géant américain, mais qui défavorise les consommateurs et les agriculteurs indiens.

Pour Walmart, Flipkart deviendra le canal par lequel il pourra plus facilement exercer ses activités en Inde. Par contre, pour les consommateurs et les agriculteurs indiens, cet investissement aurait pu être utilisé pour améliorer les investissements dans les chaînes d’approvisionnement des détaillants locaux et des agriculteurs, plus particulièrement en produit frais et en produit de première nécessité qui représentent la part importante du panier de consommation de la population locale.

Le commerce en ligne en Inde reste encore à développer

La plus grande innovation qu’a apportée Flipkart était de permettre aux consommateurs de ne payer leurs produits qu’à la livraison de la marchandise. Quatre-vingt-dix pour cent des Indiens dans les petites villes préfèrent le mode de paiement par espèce et se méfient beaucoup du commerce en ligne.

Cela impacte sur le mode de fonctionnement normal du commerce électronique qui se base principalement sur la confiance entre le commerçant et le consommateur. Tout porte ainsi à croire que les politiques commerciales en Inde sont encore trop protectionnistes et trop méfiantes pour permettre au commerce en ligne de se développer.