La PS5 devait être beaucoup plus grande que prévue selon son designer

Avec ses 39 centimètres de hauteur et ses ailes de ventilation qui font immédiatement penser à un aéronef spatial – ou à l’oeil de Sauron selon les références – la PlayStation 5 est d’ores et déjà entré dans les annales du jeu vidéo comme l’une des consoles au design le plus “radical” ayant vu le jour ; et c’est au directeur artistique Yujin Morisawa que l’on doit cette approche résolument différente de ses prédécesseurs.

Ce vétéran touche-à-tout des couloirs de Sony Entertainment s’est ainsi confié au Washington Post dans une longue interview revenant sur les enjeux ayant amené à ce design ainsi que sur d’autres anecdotes sur “ce qui aurait pu” être une console plus large que son design final.

La PlayStation 5 couchée à l'horizontale

La PlayStation 5 couchée à l’horizontale

Conçu comme “une masse invisible entre le joueur et l’ingénierie mécanique“, le design de la PS5 s’inspire de sa place dans la lignée de la marque – la recherche d’une expérience se vivant à travers “5 dimensions” comme brouillant les pistes entre la réalité et le fantasme vidéoludique s’affichant à l’écran.

Mise au régime

Avec forcément la nécessité d’assurer une ventilation suffisante pour gérer les composants internes en béton, les deux ailes greffées sur la console ont été conçues pour faciliter la tâche – et leur envergure encore jamais vue n’est qu’une version réduite de leur design initial.

Je savais d’emblée qu’elle allait être large, car je connaissais la puissance qu’elle contiendrait, donc je savais à combien d’élèverait la ventilation d’air et combien d’espace il serait necessaire pour le dissipateur de chaleur. Au début, quand j’ai commencé les premiers croquis, [la console] était beaucoup plus large alors même que je n’avais aucune idée de ce qu’allait faire le département ingénierie. C’est assez amusant de voir que l’ingénierie m’a dit qu’elle était d’ailleurs trop grande. Donc, j’ai du la réduire un peu comparé au dessin initial.

Si Morisawa reconnaît que le design a divisé le public, il ne perçoit par telle réaction comme une mauvaise chose, préférant faire preuve de philosophie :

Eh bien, c’est quelque chose que je veux atteindre à chaque fois, donc je pense que c’est une bonne réaction. Quand on regarde quelque chose de nouveau, on réagit et on se dit “qu’est-ce que c’est ?”. On ne sait pas comment réagir en face. Quand on regarde de plus près, on observe toutefois une structure familière en elle. On comprend un peu mieux après.”

L’artiste semble également prendre du bon côté les nombreuses railleries et autres memes comparant la console à des objets d’électroménager ou à du mobilier de maison – avec l’intime conviction que ce rapport à des objets du quotidienne apporte un côté “confortable” au design de sa console. “Je pense que c’est une bonne chose. […] Je pense que c’est drôle. Je ne suis pas vexé ou autre.

Mots-clés playstation 5