La réalité virtuelle a aidé à condamner un criminel de guerre nazi

Le 17 juin 2016, le tribunal de Detmold a condamné à cinq ans de prison l’Allemand Reinhold Hanning, âgé de 94 ans, ancien SS et garde à Auschwitz-Birkenau. Le Web-documentaire “Nazi VR”, réalisé par David Freid, revient sur ce procès inédit qui restera sans doute dans l’histoire.

En effet, si Reinhold Hanning a été condamné pour “complicité dans l’extermination d’au moins 170 000 Juifs” entre janvier 1943 et juin 1944, c’est en grande partie grâce à la réalité virtuelle !

Birkenau

Le procès du criminel nazi aura duré quatre mois, soixante et onze ans après la Seconde Guerre mondiale.

Quand la VR se met au service de la justice

Et c’est le tout premier procès à avoir fait usage de la réalité virtuelle en pleine salle d’audience. Pour prouver la culpabilité de l’ancien garde d’Auschwitz, la VR a en effet été utilisée pour “faire voir le camp tel qu’il l’avait vu” à l’époque, afin de démontrer qu’il ne pouvait pas être étranger aux actes perpétrés dans le camp (comme il l’avait prétendu).

La technologie de réalité virtuelle utilisée lors du procès a été mise au point en 2015 par la police judiciaire de Munich (LKA), en Bavière. Elle a permis de recréer en 3D de façon très précise les parties extérieures, les baraquements, les chambres à gaz ou encore les salles crématoires du plus grand complexe concentrationnaire du Troisième Reich.

Pour ce faire, les enquêteurs ont utilisé à la fois des scans laser effectués sur le terrain, des images aériennes actuelles et des photographies d’époque. Grâce à cette reconstitution virtuelle quasi identique, la cour a pu démontrer que Reinhold Hanning ne pouvait pas ignorer les exécutions perpétrées à quelques mètres de lui, dans des chambres à gaz ou sous des balles.

« Nazi VR » le Web-documentaire qui revient sur ce procès inédit

Publié le 12 décembre dernier par la maison de production MEL Films, le Web-documentaire de 17 minutes, intitulé “Nazi VR” et réalisé par David Freid, revient sur cette intervention inédite de la technologie lors du procès de Hanning, décédé en mai dernier.

Il montre comment la VR a pu faire basculer le verdict, alors même que l’accusé, âgé de 21 ans au moment des faits, avait toujours affirmé ignorer, en tant que surveillant, les crimes perpétrés à Auschwitz.

Mots-clés histoireinsolite