La reconnaissance faciale et son utilisation au centre d’un projet de loi aux Etats-Unis

Afin de protéger les citoyens des dangers que représentent les technologies de reconnaissance faciale et les usages qu’on peut en faire, un nouveau projet de loi, baptisé le National Biometric Information Privacy Act, a été présenté mardi dernier au Sénat Américain par Bernie Sanders et Jeff Merkley.

Dans les grandes lignes, ce projet de loi aspire à mieux encadrer l’utilisation de la technologie de la reconnaissance faciale par les grandes entreprises, afin de mieux protéger les consommateurs et leur vie privée.

Photo d'une caméra de surveillance

Crédits Pixabay

Dans les faits, si ce projet de loi est validé, chaque entreprise devra obtenir le consentement des titulaires avant de pouvoir utiliser les données numériques collectées par le biais d’une technologie de reconnaissance faciale ou d’empreinte digitale. Ce qui ne manquera pas d’impacter la façon dont beaucoup d’entreprises font actuellement usage de ces données.

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Un projet tout à fait compréhensible au vu de la situation actuelle

Selon Business Insider, parmi les sociétés qui seront impactées par ce projet de loi, il y a Clearview AI, une boîte qui opère dans le secteur de la reconnaissance faciale.

Apparemment, l’absence de cadre légal a jusqu’ici permis à l’entreprise d’abuser de cette technologie. En effet, en stockant des photos provenant de divers réseaux sociaux dans sa base interrogeable de fichiers de reconnaissance faciale, Clearview AI permet à ses clients de retrouver quelqu’un.

Une méthode qui n’est pas passée inaperçue auprès des défenseurs de la vie privée. Ce genre de procédé, comme le souligne Bernie Sanders, viole la vie privée des citoyens.

Autre exemple, selon un rapport de Reuters relayé par Business Insider, Rite Aid, une chaîne américaine de pharmacies, aurait utilisé des caméras de reconnaissance faciale dans certains de ses points de vente, sans en aviser ses clients. Un mois après que ces faits aient été signalés, Rite Aid a mis fin à sa pratique.

À lire aussi : Microsoft ne veut plus que la reconnaissance faciale soit utilisée par la police

Les sénateurs Merkley et Sanders veulent changer les choses

Dans sa déclaration, Bernie Sanders, l’un des instigateurs de ce projet de, loi souligne que certaines sociétés se « servent de cette technologie pour surveiller les citoyens sans leur consentement. » Une situation qu’on ne peut tout simplement plus tolérer.

De son côté, Jeff Merkley insiste sur le fait que nous ne pouvons pas laisser les choses continuer ainsi.

De ce fait, cette loi est nécessaire pour mettre fin à ce genre d’atteinte à la vie privée. Si cette loi est validée, toute entreprise ne pourra plus faire usage de la technologie de reconnaissance faciale et des procédés du genre que dans un but commercial « convenable », et uniquement avec l’accord explicit des personnes concernées.

À lire aussi : IBM a fait une croix sur la reconnaissance faciale