La Russie a déclassifié une vidéo de l’explosion de la plus grosse bombe nucléaire testée

En 1961, l’Union soviétique a fait exploser la bombe nucléaire la plus puissante de l’histoire, RDS-202 aussi connue comme Tsar Bomba.

Larguée à environ 13 000 mètres d’altitude au-dessus d’un site situé dans l’archipel de la Nouvelle-Zemble dans l’Arctique russe, la bombe a explosé à environ quatre mille mètres au-dessus de sa cible. La détonation a provoqué un éclair qui a été vu à plus de mille kilomètres du point d’impact.

Le champignon nucléaire généré par Tsar Bomba

Le champignon nucléaire généré par Tsar Bomba

Puis, très vite, tout s’est accéléré. L’explosion a en effet donné naissance à une boule de feu de plus de sept kilomètres de diamètre, une boule de feu qui a ensuite laissé la place à un champignon nucléaire gigantesque.

À lire aussi : Mais au fait, comment survivre à une bombe nucléaire ?

Tsar Bomba, la bombe nucléaire de la démesure

Un champignon atteignant les 64 km d’altitude et doté d’un diamètre compris entre 30 et 40 km.

Tsar Bomba a bien entendu occasionné de lourds dégâts au sol. Tout a été détruit à des centaines de kilomètres à la ronde. Plus impressionnant encore, la chaleur de l’explosion a même été ressentie à plus de trois cents kilomètres du site, et des maisons ont même vu leur toit s’écrouler.

Les États-Unis ont bien entendu suivi de près l’événement. A l’époque, les instances américaines ont ainsi évalué la puissance libérée par l’explosion à environ 57 mégatonnes. L’Union soviétique a confirmé l’information peu de temps après.

Tsar Bomba est alors passée à la postérité. Kroutchev, de son côté, n’avait bien entendu pas manqué de féliciter l’équipe d’Andreï Sakharov, mais il avait également précisé que la bombe était, à l’origine, censée approcher des 100 mégatonnes de puissance. Toutefois, une telle explosion aurait été ressentie jusqu’à Moscou et le président russe avait donc demandé à ses équipes de revoir leurs prétentions à la baisse.

À lire aussi : Elon Musk veut faire exploser une bombe nucléaire à la surface de Mars

Une vidéo tournée à l’époque

Reste que la performance a beaucoup impressionné à l’époque, et à raison. Tsar Bomba avait en effet libéré une puissance 3 125 fois supérieure à Little Boy, la bombe nucléaire américaine larguée sur Hiroshima à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Mais pourquoi parler de Tsar Bomba autant d’années plus tard ? La raison est simple. Le 20 août dernier, la Rosatom State Atomic Energy Corporation, et donc l’agence ruse en charge de toutes les questions nucléaires, a en effet fêté la commémoration du 75e anniversaire de l’industrie nucléaire russe en déclassifiant et en rendant publique une vidéo tournée à l’époque.

La vidéo en question dure un peu plus de 40 minutes et elle semble tenir davantage de la propagande que du documentaire. Pendant plusieurs minutes, la voix off ne manque ainsi pas d’honorer la puissance de l’Union soviétique, avant de passer aux choses sérieuses. Après avoir présenté la bombe, c’est en effet une vidéo tournée sur place qui est mise en avant.

Très impressionnante, cette dernière se focalise sur l’explosion, mais aussi sur le champignon nucléaire qu’elle a généré. Un champignon filmé depuis le sol, mais aussi dans les airs.

Bref, cette vidéo est une vraie tranche d’histoire et elle offre surtout un tout nouveau regard sur une époque de grands bouleversements.