La Russie a mis la main sur un réseau de fraudeurs à la carte bancaire

D’habitude, quand on parle de la Russie dans une affaire de fraude ou de piratage informatique, ce n’est jamais du côté des victimes, mais plutôt des pays suspectés d’avoir fomenté l’acte répréhensible. Sauf que cette fois-ci, la Russie n’est ni un suspect, ni une victime, mais un justicier. Alors, oui, ce n’est pas tous les jours, mais à en croire les informations d’Engadget du mois dernier, la Russie a bel et bien détruit un réseau de fraudeurs à la carte bancaire.

Mais ce n’est pas tout. Bien que les autorités russes ne soient pas très loquaces sur l’identité des pirates informatiques qu’elles ont débusqués, le blogueur Andrey Sporov a déclaré que l’un d’entre eux n’était autre que le tristement célèbre pirate informatique Alexey Stroganov, également connu sous le nom de « Flint ».

Crédits Pixabay

Alors que la Russie ne semble pas être un chasseur de tête de pirates informatiques, beaucoup de personnes se demandent pourquoi le pays a décidé tout à coup d’agir.

Stroganov, un nom bien connu dans le milieu de la fraude à la carte bancaire

Une source du Krebs on Security a déclaré que Flint était loin d’être un personnage méconnu en matière de fraude à la carte bancaire.

Selon cette source, ce personnage aurait joué un rôle dans «  presque tous les principaux hacks de cartes » des dix dernières années et il aurait même envoyé « des centaines de millions de dollars » via l’échange de crypto-monnaie BTC-e.

L’homme a subi une arrestation en 2006 et a été condamné à six ans d’emprisonnement avec son associé Gerasim Selivanov. Toutefois, les deux pirates ont été relâchés après deux ans de prison. D’ailleurs, Selivanov figurait également parmi le groupe débusqué par les autorités russes.

Flint aurait commis un péché capital aux yeux de la Russie

Concernant la question de savoir pourquoi les autorités russes ont subitement pris cette affaire en main, les rumeurs vont bon train sur les forums de discussion sur la cybercriminalité que Stroganov et son équipe auraient fait l’ultime chose que la Russie n’accepte pas : ils s’en sont pris à des personnes à l’intérieur du pays.

D’après Engadget, les autorités russes ferment généralement les yeux sur les attaques menées par les cybercriminels à l’endroit des États-Unis – des hypothèses prônent même que la Russie aurait orchestré ces attaques – toutefois, la Russie n’accepterait en aucun cas que ces fraudes ciblent ses citoyens.

Jusqu’où ces hypothèses sont-elles vraies ? On l’ignore et les autorités russes ne nous dévoileront de toute manière pas l’affaire dans les moindres détails. Malgré tout, cette affaire aura eu le mérite de nous rappeler à rester vigilant concernant nos informations bancaires.

Mots-clés russie