La Russie a transporté un appareil mystérieux à bord de son dernier cargo spatial

La Russie se charge de la plupart des ravitaillements en direction de l’ISS. Le dernier vaisseau spatial à décoller de Baïkonour abritait un appareil mystérieux destiné à une expérience scientifique.

Progress MS-07 a quitté le cosmodrome de Baïkonour situé au sud du Kazakhstan le 12 octobre dernier et il a filé droit vers la station spatiale internationale afin de la ravitailler. Il embarquait à son bord du carburant, de la nourriture, des fournitures, de l’oxygène et de l’eau.

Progress MS-07

Les locataires de l’ISS ont déchargé le matériel et ils ont ensuite rempli le cargo avec leurs ordures et leurs déjections avant de le laisser retomber en direction de l’atmosphère terrestre.

Progress MS-07 embarquait un étrange capteur à son bord

Progress MS-07 a alors amorcé une longue descente et il a fini par se désintégrer au-dessus de la ville de Dubaï, causant par la même occasion un certain remous sur les réseaux sociaux.

Si la Russie utilise ses vaisseaux cargos pour ravitailler la station spatiale, elle profite aussi souvent de l’occasion pour placer en orbite des satellites ou même pour procéder à des expériences. MS-07 n’a pas dérogé à la règle et il embarquait ainsi à son bord un satellite spécialisé dans le relais de données et un robot miniature élaboré par une entreprise russe dans le cadre d’une campagne de communication.

Anatoly Zak, un historien et un journaliste spécialisé dans les activités spatiales, a suivi avec attention l’opération et il a également analysé en détail les photos officielles fournies par RKK Energia et donc par l’entreprise russe à l’origine de la construction du cargo.

Or justement, sur une de ces images, l’homme a aperçu un mystérieux capteur ne correspondant en aucun cas aux appareils listés par le manifeste du cargo. Intrigué, il a directement posé la question aux autorités russes et ces dernières lui ont alors expliqué que ce capteur faisait en réalité partie d’une expérience scientifique.

Un capteur destiné à un usage militaire ?

Bien sûr, Anatoly a cherché à en savoir plus, mais son interlocuteur a refusé de donner plus de détails sur le but de cette expérience.

David Axe, un journaliste travaillant pour Vice, a donc mené sa petite enquête et il a ainsi contacté plusieurs spécialistes des questions spatiales. Jonathan McDowell, un expert indépendant, a été très étonné par la réponse des autorités russes et il pense ainsi que ce fameux capteur pourrait se destiner à un usage militaire.

Un autre expert en technologie spatiale russe a été plus loin en évoquant un capteur possiblement destiné aux opérations de proximité et donc un capteur permettant aux satellites de manœuvrer auprès d’autres satellites.

Il faut tout de même rappeler que la Russie n’est pas la seule à mener des expériences secrètes dans l’orbite de notre planète. Les États-Unis en font de même de leur côté avec l’avion spatial X-37B.

Crédits Image