La Russie annonce le premier vaccin contre le Covid-19

La Russie a enfin dévoilé son « premier » vaccin contre le Coronavirus. L’annonce a été faite par Vladimir Poutine en personne lors d’une réunion avec des membres du gouvernement qui s’est tenue le 11 août 2020, nous apprend Le Monde. Le ministère russe de la Santé a donné une autorisation réglementaire de développement à l’Institut Nikolaï Gamaleïa.

Le centre de recherche d’État en épidémiologie et microbiologie situé à Moscou sera donc chargé de la conception des nouveaux médicaments.

Crédits Pixabay

Le nouveau vaccin russe a déjà été administré sur des humains. « Je sais qu’il est très efficace, qu’il permet de développer une forte immunité et, je le répète, il a passé tous les tests nécessaires », a déclaré le président russe. Il s’est montré particulièrement confiant à l’égard du produit, au point de déclarer avoir laissé l’une de ses filles en prendre.

Le vaccin salutaire a été nommé « Spoutnik V » en l’honneur du premier engin spatial mis en orbite par les Soviétiques. D’après Kirill Dmitriev, le président du fonds souverain russe impliqué dans sa conception, plus d’un milliard de doses auraient été précommandées par vingt pays étrangers.

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Une double inoculation permettrait une immunité plus longue

Kirill Dmitriev a précisé que le Spoutnik V devrait encore être soumis à trois phases d’essai dont la première a commencé mercredi dernier.

À l’heure actuelle, la Russie s’apprête à vacciner ses personnels médicaux, probablement dès ces prochaines semaines. Le prochain tour serait pour les enseignants. L’objectif sera évidemment d’administrer le Spoutnik V à l’intégralité de la population russe et la mise en circulation est prévue dès le 1er janvier 2021.

Si l’on en croit le ministère russe de la Santé, la double inoculation du vaccin « permet de former une immunité longue ». L’efficacité du vaccin s’étendrait jusqu’à « deux ans ».

Le Spoutnik V est un vaccin à vecteur viral. Cela signifie qu’il s’appuie sur un autre virus dont la virulence a été atténuée pour combattre le SARS-CoV-2. Pour le cas présent, il s’agirait d’un adénovirus.

La Russie prépare un deuxième vaccin

Notons que l’autorisation a été délivrée après moins de deux mois d’essais cliniques chez l’homme. À dire vrai, il faudra attendre la fin des phases de test pour pouvoir délibérer avec certitude sur l’innocuité et l’efficacité du vaccin. D’ailleurs, jusqu’ici, la Russie n’a encore publié aucun document relatant les résultats de ses études menées dans le cadre de la recherche scientifique liée à la lutte contre le Covid-19.

Naturellement, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a préféré rester prudente. Elle a souligné la nécessité de vérifier rigoureusement l’ensemble des données collectées lors des essais cliniques avant toute préqualification.

En parallèle, des scientifiques russes mènent des essais cliniques pour tester un deuxième vaccin. Les expérimentations, qui en auront encore pour quelques mois, sont réalisées au Centre étatique de recherches Vektor, en Sibérie.