La Russie Arctique abritera bientôt de nouveaux observatoires spatiaux

Des télescopes expérimentaux sont en cours d’installation dans la Russie Arctique, à Amderma. L’Institut de physique et de technologie de Moscou ou le MIPT y construit des prototypes pour observer les étoiles. Les coordonnées de haute latitude de la région seraient idéales. Les astronomes pourront profiter d’une plus large et superbe vue nocturne du ciel. Rappelons que, dans cette partie du globe, la nuit dure plus longtemps que le jour.

La ville côtière d’Amderma se trouve à des milliers de kilomètres au nord-est de Moscou. Les astronomes ont tendance à choisir les sites calmes et lointains, comme les sommets des volcans hawaïens ou les déserts reculés du Chili, pour déposer leurs matériels. Le fait est que les télescopes les plus sophistiqués requièrent une vue dégagée sur les étoiles.

Espace

Dans cette zone, les effets du changement climatique se font déjà ressentir. Le froid glacial commence à diminuer, la rendant propice au développement scientifique et commercial.

Un réseau d’observatoires permanents d’ici 2020 ?

Alexander Rodin, responsable du laboratoire de spectroscopie infrarouge appliquée au MIPT, dirige l’expédition qui va préparer le terrain.

« Le changement climatique et l’accessibilité croissante augmentent l’intérêt général pour la région », a-t-il confié. « Comme l’Arctique n’a pas été sérieusement considéré comme une zone potentielle d’observations astronomiques, des études préliminaires approfondies doivent être effectuées ». De nombreuses expérimentations scientifiques sont prévues, comme l’« astroclimat » (ou étude des objets spatiaux) et la surveillance des gaz à effet de serre.

Quoi qu’il en soit, la collecte d’informations pour le développement futur de l’astronomie est primordiale. Il faut, tout d’abord, éviter les risques de collisions avec les débris spatiaux qui représentent une menace.

L’équipe estime pouvoir mettre en place un réseau d’observatoires permanents d’ici 2020.

Une loi sur la circulation des satellites

Les missions spatiales effectuées au cours de ces dernières années ont laissé en orbite autour de la terre plus d’une centaine de millions de débris spatiaux. Les scientifiques du monde entier commencent à s’en rendre compte, mais ils se concentrent principalement sur ceux qui sont au-dessus des régions équatoriales de la Terre. L’expédition surveillera, ainsi, les débris accumulés sur les orbites polaires.

« Nous devons être prêts à introduire une loi internationale sur la circulation des satellites en orbite terrestre, surtout pour ceux qui se trouvent sur des orbites à forte inclinaison, et à les faire contrôler par tous les participants », a insisté Alexander Rodin.

Mots-clés astronomie