La Russie en état d’urgence après une fuite de 20 000 tonnes de carburant

Le vendredi 29 mai 2020, le réservoir de stockage d’une centrale thermique située à environ 10 km à l’ouest de Norilsk, une ville de la Sibérie occidentale, s’est effondré, entraînant la fuite de 20 000 tonnes de carburant. Ces hydrocarbures se sont déversés dans la rivière Ambarnaia, qui se jette dans le grand lac de Sibérie.

Le géant minier Norilsk Nickel, à qui appartient la centrale thermique où s’est produit l’incident, a expliqué à travers un communiqué les raisons de l’effondrement de son réservoir de stockage. « Un réservoir de diesel a été endommagé et a connu une fuite à cause de l’affaissement soudain de piliers ayant tenu pendant 30 ans sans aucune difficulté. »

Crédits Pixabay

Furieux, le président russe Vladimir Poutine a décrété l’état d’urgence en Russie le 3 juin 2020. Au cours de son allocution, il n’a pas manqué de critiquer les responsables de Norilsk Nickel et a pointé du doigt leur manque de professionnalisme dans la gestion de cet accident.

Une société habituée aux accidents écologiques

Ce nouvel accident risque de ternir encore plus l’image du géant minier Norilsk Nickel, qui n’en est pas à sa première bavure. En 2016, une des usines de cette société avait déjà déversé des produits chimiques dans la rivière du grand Nord.

Vladimir Poutine n’a pas caché son mécontentement face à la manière dont les responsables de Norilsk Nickel ont géré la situation. Il faut savoir que ces derniers n’ont pas jugé nécessaire d’informer directement les autorités locales.

« Sommes-nous censés apprendre les urgences par les réseaux sociaux ? Vous vous sentez bien là-bas ? » avait ironisé le président russe.

À lire aussi : Voilà pourquoi le nord mangtique terrestre a glissé du Canada à la Russie

La société est à pied d’œuvre

D’après Greenpeace Russia, cet accident est le premier de cette envergure à avoir eu lieu en Arctique. Les associations environnementales ont déclaré qu’il faudrait des années pour réparer les dégâts causés par cette fuite de carburant.

Suite à la pression exercée par le président Vladimir Poutine, les responsables de Norilsk Nickel se sont empressés de prendre des mesures pour contrôler l’épanchement de ces hydrocarbures. Au cours d’une réunion qui a eu lieu le 2 juin 2020, Serguei Lipine, le directeur de Norilsk Nickel, a déclaré qu’une équipe de 90 travailleurs avait commencé à retirer 500 mètres cubes de polluants dans la rivière.

Les autorités locales ont ouvert trois enquêtes criminelles pour déterminer les responsables de cet incident.

À lire aussi : La Russie aurait la palme en matière de déchets spatiaux

Mots-clés russie