La Russie et la Chine partent ensemble à la conquête de la Lune

Il semblerait que les Etats-Unis aient perdu un allié de taille dans la course à la conquête de l’espace. En effet, la Russie et la Chine ont signé un protocole d’accord le mardi 09 mars 2021 concernant la création d’une « Station scientifique lunaire internationale ». L’annonce a été faite par la société spatiale russe Roscosmos.

Bien que les détails concernant ce protocole d’accord n’aient pas été divulgués, il semblerait que les deux pays souhaitent travailler ensemble pour créer des installations de recherche à la surface et/ou en orbite autour de la Lune, nous rapporte Ars Technica. Ils partageraient ainsi l’objectif d’établir des installations à long terme sur la Lune et de renforcer la possibilité d’y mettre une présence humaine sur place.

Crédits Pixabay

La Chine, en particulier, avait déjà annoncé à plusieurs reprises qu’elle souhaitait instaurer une présence humaine à long terme sur la Lune dès l’horizon 2030.

A lire aussi : Les Galaxy S21, Galaxy S20 FE et Galaxy Note 20 en promo sur le site de Samsung

La Chine compte bien avancer dans la conquête de la Lune au cours de la prochaine décennie

D’après les informations de Space News, la Chine a déjà prévu de construire une station lunaire internationale au pôle sud de la Lune. L’Empire du Milieu compte également lancer plusieurs missions d’exploration sur l’astre lunaire à l’horizon 2030, en commençant par y envoyer des robots, puis des astronautes.

Le choix du pôle sud pour l’installation de la station lunaire n’est également pas anodin. En effet, les scientifiques avancent que le pôle Sud comporte de vastes réserves de glace d’eau. En comptant dessus, la Chine veut établir une présente humaine à long terme au pôle Sud entre les années 2036 à 2045. Une branche du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique des Nations Unies aurait d’ailleurs tenu une réunion sur la concrétisation de ce projet en 2020.

A lire aussi : L’ESA veut explorer les grottes de la Lune

Les Accords Artémis n’intéressent pas la Russie

Il est effectivement à noter que la Russie n’est pas la seule à vouloir s’allier à la Chine sur la conquête spatiale. L’Agence spatiale européenne était également intéressée de collaborer avec la Chine pour mener de futures missions sur la Lune. Mais si la Russie se détourne des Etats-Unis pour lier d’amitié avec la Chine, c’est principalement parce que le chef de Roscosmos, Dmitry Rogozin, est en désaccord avec les principes des accords Artémis qui, selon ses dires, sont trop centrés sur les Etats-Unis.

Rappelons que l’administration Biden a exprimé la volonté de renvoyer les astronautes de la NASA sur la Lune pour établir une base lunaire et évaluer la viabilité des ressources en eau. L’agence spatiale américaine a alors émis une série d’accords bilatéraux dénommés « Accords Artémis » dans le cadre desquels les pays partenaires devront respecter 10 normes de base dans leur partenariat avec les Etats-Unis. Cela implique notamment la transparence des activités et le partage des données scientifiques. Bien que plusieurs pays aient rejoint l’accord, la Russie n’en a pas fait partie.

Mots-clés chinelunerussie