La Russie travaille sur des missiles pilotés par une IA

La Russie est actuellement en train de développer un missile autonome piloté par une intelligence artificielle. Il sera capable de déterminer lui-même sa cible et de l’atteindre sans nécessiter l’intervention d’un opérateur.

L’IA est un marché en pleine expansion et cette tendance n’est sans doute pas près de s’inverser. Les multinationales et les grands groupes comme Google, Microsoft ou même Facebook investissent en effet de plus en plus d’argent dans ces technologies. Même chose du côté des gouvernements.

Missile IA

D’après la dernière étude menée par IDC, le marché devrait ainsi peser un peu plus de 12,5 milliards de dollars avant la fin de l’année, soit une augmentation de 59 % par rapport à l’année passée.

Une entreprise russe travaille sur un missile autonome

La Russie semble se passionner elle aussi pour ce secteur d’activité.

Boris Obsonov, le PDG de Tactical Missiles Corporation, a en effet profité du salon aérien MAKS 2017 pour annoncer le développement d’un nouveau missile tactique autonome et intelligent capable d’évoluer seul.

L’homme n’est évidemment pas rentré dans les détails, mais il a signalé que son entreprise avait choisi de s’inspirer des actions menées par l’armée américaine en Syrie pour développer sa nouvelle arme.

L’administration Trump a effectivement décidé de procéder à des frappes sur le territoire syrien suite au bombardement à l’arme chimique d’un village tenu par les rebelles. Pour se faire, l’armée a utilisé des missiles Tomahawk tirés depuis l’USS Porter et l’USS Ross.

Un missile piloté par une intelligence artificielle

Les missiles Tomahawk peuvent être équipés de différentes ogives et ils se déplacent à une vitesse de 880 km/h pour une portée comprise entre mille et mille cinq cents kilomètres. L’armée américaine les a beaucoup fait évoluer au fil de ces dernières années et le dernier modèle embarque un système de guidage intelligent. Grâce à différents capteurs, il est en effet capable de s’appuyer sur des données en provenance de radars, de satellites ou même de troupes au sol pour maximiser sa frappe et il peut même être redirigé en cours de route en chargeant de nouvelles coordonnées GPS.

Boris Obsonov semble beaucoup apprécier ce missile, mais il souhaite aller plus loin en construisant une arme totalement autonome, une arme capable d’évoluer en autonomie totale et de choisir ses propres cibles.

Toute la question étant bien évidemment de savoir s’il est prudent de confier la gestion d’un missile à une intelligence artificielle, aussi évoluée soit-elle.

Mots-clés russie