La semaine de 4 jours fonctionne très bien en Islande

Deux expériences majeures ont été menées en Islande entre 2015 et 2019 afin de savoir si une semaine de travail plus courte affecterait la productivité. Environ 2 500 Islandais ont ainsi participé au programme et les résultats sont sortis récemment. Le projet a eu des effets très intéressants non seulement en ce qui concerne la productivité, mais aussi le bien-être des participants.

Le programme consistait à réduire à 35 ou 36 heures les heures de travail pendant une semaine. Selon le rapport, aucune baisse de la productivité ou des services fournis n’a été observée durant la période de quatre ans. D’autre part, les travailleurs ont déclaré que grâce à la réduction du nombre de jours de travail, leur niveau de stress et d’épuisement professionnel a considérablement diminué.

Des gens en train de travailler
Crédits Pixabay

Depuis la mise en œuvre du projet, une grande partie des travailleurs (86 %) a opté pour une semaine de travail plus courte en Islande. Pour les chercheurs qui ont mené l’étude, il serait très intéressant si d’autres pays appliquaient également le même système.  

A lire aussi : Trop travailler est mauvais pour la santé

Différents secteurs impliqués

L’étude a été réalisée par l’Alda ou Association for Sustainability and Democracy en Islande et l’UK think-tank Autonomy. Différents types de lieux de travail, allant des bureaux aux hôpitaux, ont été inclus dans le programme.

Au cours de l’expérience, on n’a observé aucune augmentation notable des heures supplémentaires pour la majorité du personnel des entreprises. Mais d’un autre côté, les heures de réunion ont été réduites et les entreprises se sont organisées pour que les travailleurs puissent bien s’adapter au nouveau régime, par exemple en supprimant les tâches inutiles ou en effectuant des changements d’équipes.

D’après les auteurs de l’étude, avoir moins d’heures de travail a permis aux employés de se sentir mieux, d’être plus énergiques et moins stressés. Cela leur a offert plus de temps pour se consacrer à d’autres choses comme le sport, les tâches ménagères, les amis et la famille, ainsi que les loisirs. Par conséquent, ils sont devenus plus productifs au travail.

A lire aussi : Des chercheurs russes travaillent sur une batterie capable de se recharger 10 fois plus vite que celles à Li-Ion

Moins d’heures de travail et plus de créativité

Quatre ou cinq heures de travail en moins par semaine ont poussé les gens à changer leur manière de travailler. Ils ont dû  faire preuve d’innovation et de créativité pour que cela n’ait aucun impact sur la productivité. Même si certaines personnes ont déclaré avoir eu du mal à s’adapter au début de l’expérience, la majorité des participants ont su trouver rapidement un moyen de rester dans la course en réévaluant la manière de faire les choses.

La plupart des personnes ayant participé à l’étude ont déclaré vouloir continuer à travailler de la même façon. D’ailleurs, avec l’impact continu de la pandémie, les lieux de travail du monde entier doivent se réadapter. Pour les auteurs de l’étude, il est devenu évident que peu de gens souhaitent revenir aux conditions de travail d’avant la pandémie de Covid-19. Une semaine de travail réduite devrait, selon eux, être définie comme étant « la nouvelle norme ».