La série Senran Kagura pourrait accueillir de la censure dans ses prochains titres

Perdurant possiblement plus grâce aux formes de ses ambassadrices qu’à un gameplay pas foncièrement inattaquable, la série des Senran Kagura pourrait cependant perdre en fan-service dans ses prochains épisodes. Son producteur Kenichiro Takaki pense ainsi que de cette manière, la franchise touchera un plus large public.

En septembre 2011, quelques mois après la parution, dans les pages du magazine Famitsu Comic Clear, des premières planches de sa version manga, Senran Kagura se découvrait sous une forme vidéoludique avec Senran Kagura: Skirting Shadows sur Nintendo 3DS. L’Europe aura pu découvrir les débuts de la franchise début 2014 avec Senran Kagura Burst, une compilation du volet original et de sa suite.

Si une déclinaison rhythmico culinaire aura vu le jour en 2014 sur PlayStation Vita, le genre premier de Senran Kagura demeure le beat them up. La particularité de la licence est de rendre les échecs séduisants à l’œil en faisant ainsi se déchirer les habits des personnages (tous féminins) que l’on incarne après avoir accumulé un certain nombre de coups ennemis.

Le producteur de Senran Kagura gêné par certaines critiques

Il faut toutefois se frotter aux niveaux de difficultés avancés pour connaître les joies de la baston de rue en petite tenue, le niveau de base n’étant en effet pas très relevé. Les jeux, que ce soit au travers de leurs dialogues ou de leurs scènes cinématiques, se veulent particulièrement suggestifs en épousant toujours les contours de l’érotisme sans jamais vraiment aborder la thématique de plein fouet. Et à l’avenir, la série pourrait même reculer de crans supplémentaires au niveau de son fan-service.

Le producteur de Senran Kagura Kenichiro Takaki a évoqué cette possibilité auprès de PlayStation LifeStyle : “Quand le jeu est sorti, il n’avait qu’une très petite base, et c’était le grand argument [NDLR : le fan-service] pour faire vendre des exemplaires. Maintenant que la franchise a pris de l’ampleur et qu’elle devient plus populaire, il serait intéressant de penser à des caractéristiques différentes selon l’endroit où le jeu est vendu. De cette manière, il pourrait mieux se vendre dans certaines régions où il serait problématique d’avoir ce type de contenu.

Il y a toutefois aussi des tests qui ignorent des jeux pour leur contenu sexuel, et ils les démolissent d’entrée de jeu, ce qui n’aide pas vraiment. Si vous dépréciez un jeu en raison de quelque chose qui se trouve en être la principale composante, alors ça veut tout simplement dire que ce jeu n’est pas fait pour vous, et la critique n’est alors pas pertinente à prendre en compte en tant que retour.”

Une question très sérieuse à se poser en cas d’une censure adaptée selon les territoires : en réduisant les deux poumons d’un arbre cachant une forêt peut-être un poil plus quelconque, la licence Senran Kagura ne risque-t-elle pas de perdre en intérêt ? En attendant, que l’on se rassure, Senran Kagura: Peach Beach Splash, prochain volet à arriver dans nos contrées, incitera toujours autant à jouer seul(e), la porte fermée.

Mots-clés senran kagura