La technologie CRISPR pourrait bénéficier d’un bon coup de fouet grâce à cette nouvelle technique

Un article publié dans la revue Science nous annonce qu’une grande avancée dans le domaine de l’édition de séquençage de gènes vient d’être effectuée par les chercheurs de l’Université Johns Hopkins (Maryland, États-Unis).

En effet, ces derniers ont réussi à considérablement accroître la rapidité de l’édition génétique CRISPR-Cas9, grâce à l’usage de nucléotides photosensibles.

Crédits Pixabay

Depuis quelques années, les scientifiques exploitent des techniques d’édition CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats) dans le but de venir à bout de nombreuses maladies chroniques et incurables, telles que l’infection au VIH par exemple.

Si ce procédé demandait auparavant de nombreuses heures, grâce à cette nouvelle technique, cela ne prendrait désormais que quelques secondes.

Voici comment les scientifiques s’y sont pris pour aboutir à un tel résultat

Selon les déclarations de Darpan Medhi et de Maria Jasin, du Memorial Sloan Kettering Cancer Center, pour modifier le gène CRISPR-Cas9, les scientifiques se sont servis de l’enzyme Cas-9 afin de segmenter des brins d’ADN bien précis. Durant ce processus, une molécule d’ARN guide permet ensuite la liaison de l’enzyme Cas-9 avec un point spécifique de l’ADN.

Mais il n’y a pas que ça. Les scientifiques de l’Université Johns Hopkins ont également utilisé des nucléotides photosensibles. Grâce à eux, la molécule d’ARN guide reste inactive, jusqu’à ce que la lumière soit diffusée. Et dès que la lumière est appliquée, la molécule d’ARN-guide fait son travail et la liaison entre l’enzyme Cas-9 et un point précis de l’ADN se fait juste en quelques secondes.

Les scientifiques ont baptisé ce processus « approche en cage » du fait que la molécule guide est comme emprisonnée jusqu’à ce qu’on ait besoin qu’elle réalise son objectif. Cette méthode révolutionnaire étant extrêmement rapide, les chercheurs ont décidé de la nommer vfCRISPR (very fast CRISPR).

À lire aussi : CRISPR, vers un traitement pour recouvrer la vue ?

De nombreuses applications dans le domaine du séquençage d’ADN

Grâce à ce procédé, les scientifiques ont déclaré qu’il est désormais possible d’analyser le processus d’édition de gènes plus minutieusement. Il y a également le fait que cette technique permet à chaque allèle d’être individuellement éditée. Aussi, une précision nettement plus accrue est désormais au rendez-vous.

Grâce à cette avancée étonnante, les scientifiques pensent qu’on sera probablement en mesure de mettre des mutations hétérozygotes au point. Une nouvelle approche dans le domaine de l’édition génétique dont les membres de l’équipe qui ont pondu cette étude n’ont pas manqué de souligner l’importance.

En effet, ces derniers ont déclaré que le vfCRISPR permettra à la communauté scientifique de nettement mieux comprendre la cinétique qui entre en jeu dans la réponse cellulaire aux RDB (Ruptures Double-brin) durant l’édition.

À lire aussi : La technique CRISPR fonctionne aussi dans l’espace

Mots-clés crisprgénétique