La tempête de Jupiter est en train de se calmer

Parmi les planètes de notre système solaire, la Terre est reconnaissable par sa couleur bleue, Saturne par ses anneaux, et Jupiter par la fameuse tache rouge qui contraste avec les teintes marron et beige de la massive planète, les bandes claires et sombres caractéristiques que l’on voit sur ses représentations.

Cette tache rouge est en fait une gigantesque tempête qui évolue dans le temps dans l’atmosphère de Jupiter. Ses dimensions sont énormes, car une planète comme la Terre y sera complètement engloutie, pour se faire une idée sur sa taille démesurée.

La tempête de Jupiter est en train de se calmer

Crédits pixabay.com

Les observations effectuées par les scientifiques portent à croire que la taille de ce phénomène atmosphérique s’amenuise au fil du temps, et ce, depuis des siècles.

Une gigantesque tempête avec des rafales de 500 km/h

La grande tache rouge de Jupiter a été découverte en 1665 par l’astronome Jean Dominique Cassini, ce qui lui a d’ailleurs permis ultérieurement de déterminer la période de rotation de la planète.

Cette tempête très massive, un anticyclone plus précisément, tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, avec de violentes rafales de vent de 500 km/h pouvant même atteindre 700km/h. Elle est située dans l’hémisphère sud de la planète, et reste relativement stable à la latitude de 22° sud.

Mais au cours des siècles, et au fil des observations effectuées par les astronomes, on constate que la taille de cette tache rouge diminue de plus en plus.

Une réduction de 1.000 km par an depuis 2012

Ainsi, au cours du 20e siècle, les scientifiques ont établi qu’elle avait perdu plus de la moitié de sa longueur, passant d’environ 40.000 km (soit approximativement un peu plus de trois fois le diamètre de la Terre) vers la fin du 19e siècle à seulement 16.357 km de long en 2017. Ce qui lui donne un aspect de plus en plus circulaire au final.

Et ce n’est pas tout. Depuis 2012, une diminution de taille de près de 1.000 km par an est observée. Ce qui suggère que les choses ont évolué plus rapidement au cours des dernières années.

Face à ce constat, les scientifiques se demandent encore quelles en sont les raisons. Ils avancent toutefois que cela peut avoir un lien avec une transformation progressive de l’atmosphère intérieure de la planète en de l’hydrogène liquide.

Ils se demandent également si cette diminution tend à terme vers une disparition complète de la fameuse tache rouge ou si ce n’est qu’un phénomène temporaire transitoire, c’est à dire une fluctuation aléatoire normale.

On espère que les données récoltées par la sonde Juno de la NASA, qui est actuellement en orbite autour de Jupiter, permettront de mieux expliquer le phénomène.

Mots-clés astronomiejupiter