La Terre a presque un nouveau satellite

La Terre a actuellement un seul satellite connu, un satellite qui l’accompagne maintenant depuis pas mal de temps : la Lune. Toutefois, il arrive parfois que des corps minuscules s’approchent d’elle et l’un d’entre eux semble se faire assez… insistant : 2016 HO2. Il présente en effet une orbite stable et relativement proche de celle de notre planète depuis au moins un siècle.

Toutes les planètes du système solaire ne sont pas logés sur un même pied d’égalité en terme de satellite. Si Mercure et Vénus n’en ont aucun, Jupiter et Saturne en comptent plus d’une soixantaine.

Satellite Terre

La Lune a de quoi être jalouse, un astéroïde suit la Terre de près.

Et la Terre, elle, doit se contenter d’un seul satellite.

La Lune n’est pas la seule à tourner autour de la Terre

Toutefois, rien n’est immobile dans l’espace et il arrive ainsi que de minuscules corps viennent tourner pendant un moment autour de notre planète avant de s’en détacher. Ils portent même un nom et ils sont ainsi présentés comme des astéroïdes géocroiseurs.

Désignés aussi par les lettre ECA pour Earth-Crossing Asteroids, ces corps sont en réalisé des astéroïdes dont l’orbite croise celle de la Terre, avec une distance inférieure à celle de Mars.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces astéroïdes sont assez courants et les agences spatiales en ont ainsi détecté des dizaines au fil de ces dernières années. Dans le mot, on peut citer ApophisDuende ou même Dryope mais ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres.

Si les agences spatiales surveillent ces corps, ce n’est pas évidemment pas pour le plaisir mais plutôt pour anticiper d’éventuelles collisions. Il suffirait en effet qu’un astéroïde de plusieurs kilomètres de long s’écrase sur notre planète pour que notre civilisation soit totalement anéantie. L’ESA, de son côté, va même encore plus loin puisqu’elle travaille depuis plusieurs années maintenant sur un programme pour surveiller et dévier les géocroiseurs.

La Terre a un nouvel ami : 2016 HO3

Comme indiqué un peu plus haut, des astronomes travaillant pour la NASA, et plus précisément pour  le JPL, ont détecté en avril dernier un nouveau corps de ce type en s’appuyant sur le télescope Pan-Starrs 1 situé à Hawaï : 2016 HO3.

D’après leurs estimations, il mesurerait entre 40 et 100 mètres dans sa plus grande longueur et il serait doté d’une orbite stable depuis un peu plus d’un siècle. Il gravite autour de notre étoile, bien sûr, mais son orbite est aussi calée sur la nôtre grâce à la force gravitationnelle de notre planète.

La vidéo intégré à la fin de l’article vous donnera une idée des mouvements de ce surprenant astéroïde.

Selon les calculs établis par ces astronomes, le corps serait cependant en dérive et il arrivera ainsi un moment où il échappera totalement à notre attraction terrestre. Toutefois, cette rupture ne se produira pas avant plusieurs siècles et cela veut aussi dire que 2016 HO3 va accompagner la belle bleue pendant un long moment encore.