La Terre est-elle en train de “perdre” son champ magnétique ?

Selon de récentes recherches, les pôles terrestres seraient en train de se déplacer. Pour rappel, c’est par un mécanisme de dynamo auto-excitée que le noyau terrestre émet un champ magnétique. Une perte de stabilité de ce noyau occasionnerait un dérèglement du champ terrestre. En deux-cent-millions d’années, trois-cents dérèglements magnétiques ont été dénombrés. La prochaine perturbation pourrait être plus proche qu’on ne le souhaiterait.

Des signes avant-coureurs attestent cette hypothèse. Une des plus alarmantes est la perte de l’intensité du champ terrestre sur une zone qui s’étend entre le Chili et le Zimbabwe. Le champ est si faible dans cette partie que l’exposition au vent solaire y est très élevée. D’ailleurs, les satellites terrestres n’osent pas s’y aventurer par crainte d’une perturbation électronique.

Eau Terre

Il existe de nombreuses théories sur la suite de l’évolution de cette perturbation du bouclier magnétique terrestre.

Rôles de la magnétosphère

Le champ magnétique terrestre forme un écran de protection entourant la planète, appelé aussi magnétosphère. Cette dernière protège la vie sur Terre des rayonnements cosmiques ainsi que du vent solaire. Par ailleurs, la polarité de la planète est aussi indispensable à tous les systèmes de navigation, GPS et internet.

En outre de nombreuses espèces animales dépendent de cette polarité pour se retrouver pendant leurs migrations.

Lorsque les deux pôles magnétiques se délocalisent pour ensuite retourner à leur place initiale, on parle d’une excursion géomagnétique. La dernière s’est passée il y a 41 000 ans. Elle est appelée « excursion Laschamp ».

Il y a un flip ou une inversion lorsque le pôle nord et celui du sud se sont permutés. Le dernier phénomène en date s’est produit il y a 781 000 ans et a été nommé « inversion de Brunhes-Matuyama. »

Une inversion magnétique d’ici deux-mille ans ?

Autrefois, lors des périodes de grandes sécheresses, des peuples bantous de nombreux pays d’Afrique procédaient à un rituel de purification dans l’espoir de faire revenir la pluie. Le rituel consistait à mettre le feu à leurs huttes et silos construits à base d’argile. Les restes qui ont survécu ont pu dévoiler bien plus que des anciennes cultures. «Lorsque vous brûlez de l’argile à très hautes températures, vous stabilisez réellement les minéraux magnétiques et, lorsqu’ils refroidissent à ces températures très élevées, ils enregistrent le champ magnétique terrestre», a expliqué John Tarduno, un géophysicien expert en la matière.

À travers les artefacts, ces coutumes ont permis d’enregistrer des données archéomagnétiques qui constituent des preuves physiques du magnétisme dans le passé de la planète.

Étant donné que ces phénomènes sont périodiques, les scientifiques ne peuvent pas prévoir avec exactitude ce qui va se passer prochainement. De plus, l’évolution de ces phénomènes se compte en milliers d’années.

Néanmoins, Earth and Planetary Science Letters a publié les travaux de nombreux chercheurs qui étudient la décroissance de l’intensité du champ magnétique. Selon leur théorie, la Terre serait en train d’acheminer vers une inversion magnétique d’ici deux-mille ans.

Mots-clés terre