La Terre est enveloppée par une bulle d’ondes radio

La Terre n’a visiblement pas encore livré tous ses secrets. En étudiant des relevés effectués par des instruments, Phil Erickson a en effet réalisé que notre planète était enveloppée par une bulle d’ondes radio générée… par nos propres équipements électroniques.

Peu connu des profanes, ce chercheur travaille depuis plusieurs années pour le MIT Haystack Observatory et donc pour l’observatoire astronomique construit et géré par le vénérable Massachusetts Institute of Technology.

Bulle Terre

Situé à Westford et donc à une quarantaine kilomètres au nord-ouest de Boston, ce centre a été construit au début des années 60 par l’armée de l’air américaine avant d’être cédé au MIT.

La Terre est enveloppée d’une bulle protectrice créée par des ondes radio

L’observatoire abrite de nombreux instruments différents et il est utilisé dans le cadre de nombreuses expériences astronomiques différentes.

Phil Erickson a précisément utilisé les instruments du centre afin de suivre l’évolution et la propagation des signaux de radiocommunication dans la gamme des très basses fréquences. Et donc des fréquences comprises entre les 3 kHz et les 30 kHz. Il a alors réalisé que ces communications étaient capables d’interagir avec certaines particules situées dans l’espace et même d’affecter dans une certaine mesure leur déplacement.

En poursuivant ses recherches, le scientifique a alors remarqué que ces interactions pouvaient créer une barrière autour de la Terre, une barrière influant directement sur sa résistance aux rayonnements.

Plus simplement, ces fameux signaux formeraient une espèce de cocon protecteur autour de notre planète, un cocon capable de réduire le volume des radiations frappant sa surface.

Les signaux basse fréquence sont à la base utilisés pour communiquer avec des équipements distants comme les sous-marins voguant au fond des océans. Toutefois, ils se propagent aussi dans les airs et ils s’étendent même au-delà de notre propre atmosphère. Certains satellites peuvent même les capter et c’est notamment le cas des sondes Van Allen de la NASA.

Un nouveau moyen de protéger les planètes contre les particules nocives ?

En suivant ces fameux signaux et en étudiant cette fameuse bulle, Phil Erickson a fait une autre découverte intéressante. Le cocon formé par leurs soins correspond aux bords inférieurs de la ceinture de Van Allen et donc de la zone toroïdale de la magnétosphère terrestre.

Les activités de notre civilisation n’ont donc uniquement des effets sur notre planète. En réalité, nos équipements influent également sur l’espace proche et c’est précisément ce que souligne cette étude. Une étude qui explique en plus que les nombreux essais nucléaires menés dans les années 50 ont influé sur les conditions météorologiques spatiales et notamment sur les particules situées autour de la Terre.

Toute la question est maintenant de savoir si cette fameuse bulle de protection peut être exploitée pour protéger d’autres planètes contre les particules nocives présentes sur l’espace. Si tel est le cas, alors cette découverte pourrait nous être d’une grande aide dans notre projet de conquête de Mars.