La Terre est frappée par de puissantes ondes gravitationnelles et on ne sait pas pourquoi

Le 14 janvier dernier, le LIGO ou Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory et l’interféromètre Virgo ont détecté une rafale d’ondes gravitationnelles qui a duré juste 14 millisecondes. Toutefois, les scientifiques ne savent pas ce qui aurait pu causer ce signal et d’où il pourrait provenir.

En général, les ondes gravitationnelles peuvent être causées par la collision entre des objets très massifs comme deux trous noirs ou encore deux étoiles à neutrons. C’est en 2017 que les astronomes ont pu détecter ces types d’ondes pour la première fois. D’après les résultats d’une étude présentée lors de la rencontre organisée par l’American Astronomical Society le 6 janvier dernier, les chercheurs auraient également détecté des ondes gravitationnelles en avril 2019.

Crédits Pixabay

En ce qui concerne le signal détecté récemment, les scientifiques se posent actuellement des questions puisque qu’il est assez différent de ce qu’ils ont pu découvrir jusqu’ici.

Une première hypothèse

Certains points font que le signal détecté il y a peu épaissit le mystère qui entoure les ondes gravitationnelles. D’après Andy Howell, un scientifique travaillant au Los Cumbres Observatory Global Telescope Network et physicien à l’Université de Californie, Santa Barbara, les ondes gravitationnelles provoquées par la collision d’objets très massifs durent en général un peu plus longtemps. De plus, leur fréquence change au cours du temps puisque les deux objets se rapprochent l’un de l’autre. Ainsi, d’après Howell, qui ne fait pas partie du projet LIGO, le signal de janvier n’était pas une série d’ondes, mais plutôt une salve. Il pense alors que le signal a été causé par un événement plus transitoire comme l’explosion d’une supernova.

Certains astronomes ont proposé l’hypothèse selon laquelle ce serait l’étoile Betelgeuse qui aurait émis le signal. Cette dernière est en effet devenue moins brillante ces derniers temps et on s’attend à ce qu’elle devienne une supernova. Toutefois, l’étoile est actuellement toujours visible dans le ciel,  ce qui veut dire que ce n’est pas la solution du problème. Ce n’est pas non plus une autre supernova puisque celles-ci n’apparaissent qu’environ tous les 100 ans dans notre galaxie, comme l’a indiqué Howell.  Une supernova aurait également émis des neutrinos, mais aucun chercheur n’en a détecté accompagnant le signal récemment découvert.

Le mystère subsiste

Une autre possibilité, selon Howell, est la collision entre deux trous noirs de masse intermédiaire. Cet événement pourrait en effet provoquer l’émission de salves, donc avec une durée plus courte. Toutefois, même la collision entre ces types de trous noirs produirait une série d’ondes dont la fréquence change avec le temps.

Howell a aussi évoqué la possibilité du signal comme étant un bruit causé par le détecteur. Cependant, le signal a été détecté par les trois détecteurs de LIGO qui sont situés dans l’Etat de Washington, en Louisiane, et en Italie.

Il pourrait y avoir d’autres explications concernant les ondes gravitationnelles récemment détectées. Toutefois, les scientifiques ne peuvent pas encore se prononcer. Il faudra ainsi attendre d’autres résultats de mesure pour en savoir plus sur la cause de ces mystérieux signaux.

Mots-clés astronomieterre