La Terre n’est visiblement pas la planète la plus propice à l’apparition de la vie

Quand on voit toutes les formes de vie qui pullulent sur Terre, allant des plus « normales » aux plus extrêmes, on pourrait penser que notre planète est celle qui présente les meilleures conditions pour soutenir la vie. Mais serait-il possible que quelque part dans l’Univers il y ait une meilleure planète que la Terre ? Eh bien, un groupe de scientifiques pense que c’est le cas.

Une équipe menée par Dirk Schulze-Makuch, scientifique travaillant au Washington State University, a récemment publié une étude dans le journal Astrobiology concernant les caractéristiques que pourraient avoir les planètes qualifiées de « superhabitables ». Les chercheurs ont ainsi pu identifier 24 exoplanètes candidates qui pourraient correspondre aux critères faisaient d’elles des planètes plus propices à la vie que la Terre.

Crédits Pixabay

Avant de réussir à faire la liste des deux douzaines de planètes, Schulze-Makuch et ses collègues ont dû étudier 4 500 exoplanètes. Selon les scientifiques, l’habitabilité ne veut pas nécessairement dire que des formes de vie existent sur les planètes en question. On parle plutôt ici des conditions qui pourraient permettre à la vie de s’épanouir.

Bien choisir les systèmes stellaires à étudier

Au cours de leur étude, les chercheurs ont choisi leurs systèmes stellaires cibles dans la base de données Kepler Object of Interest Exoplanet Archive qui regroupe les exoplanètes détectées par la méthode du transit. Ces systèmes doivent tout d’abord avoir des planètes similaires à la Terre orbitant dans la zone qui va permettre à l’eau liquide d’exister.

En ce qui concerne l’étoile choisie, les scientifiques ont étudié les étoiles naines de type K en complément des étoiles de type G. Les étoiles de type K sont moins chaudes, moins massives et aussi moins lumineuses que le Soleil qui est de type G, mais l’avantage avec les astres appartenant à cette catégorie, c’est que leur durée de vie est plus longue, comprise entre 20 et 70 milliards d’années. Le Soleil par exemple a une durée de vie assez courte de moins de 10 milliards d’années, pourtant, il aura fallu près de 4 milliards d’années pour que les formes de vie complexes n’apparaissent sur Terre. Cela veut dire que certaines étoiles de type G pourraient mourir avant que n’apparaisse une forme de vie complexe, d’où l’intérêt d’étudier les étoiles de type K.

Il y a cependant une autre condition nécessaire pour qu’une planète soit habitable. Si une planète est trop vieille, il est possible qu’elle ne puisse plus produire de la chaleur géothermale et un champ géomagnétique, ce qui la rendrait inhabitable. Selon les scientifiques, l’âge idéal d’une planète pour soutenir la vie serait compris entre 5 et 8 milliards d’années. La Terre, elle, est âgée de 4,5 milliards d’années.

À lire aussi : LTT 9779B, l’exoplanète qui ne devrait pas exister

Les conditions pour une « bonne » planète

Le type de système stellaire n’est pas tout, il faut aussi considérer la taille et la masse de la planète. Selon les chercheurs, une planète 10 % plus large que la Terre aurait plus de surface habitable. Une autre avec une masse équivalente à 1,5 masse terrestre serait mieux capable de retenir sa chaleur intérieure par le biais de processus radioactifs plus longs. Une force de gravité plus élevée serait également mieux capable de retenir l’atmosphère pendant une durée plus longue.

Outre la taille de la planète, la présence de l’eau est aussi un point très important. D’après les chercheurs, plus il y a d’eau, notamment sous forme de nuages et d’humidité, plus la vie se porte mieux. Aussi, la température idéale pour l’épanouissement de la vie aurait une valeur supérieure d’environ 5°C à celle de la température moyenne de la Terre. La combinaison de l’humidité et de la chaleur serait ainsi la condition adéquate pour l’apparition de la vie.

Ainsi, les scientifiques ont détecté 24 planètes candidates qui pourraient être superhabitables. Cependant, ils ont aussi indiqué qu’aucune de ces exoplanètes ne satisfait à toutes les conditions. Une seule aurait 4 des caractéristiques les plus importantes, faisant d’elle un monde plus propice à la vie que la planète Terre.

À lire aussi : Pi a maintenant son exoplanète

Mots-clés exoplanètes