La Terre va recevoir la visite d’un nouvel astéroïde

La Terre va recevoir la visite d’un nouvel astéroïde dans une dizaine de jours. Il fait la taille d’une maison et il passera à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres de notre planète.

2012 TC4 a été observé pour la toute première fois en octobre 2012 et c’est donc à cette date qu’il est passé pour la dernière fois à proximité de notre monde. Relativement imposant, il mesure entre quinze et trente mètres de diamètre et il fait donc la taille d’une maison.

Astéroïde

Certains d’entre vous le savent sans doute, mais la dangerosité d’un astéroïde dépend avant tout de sa taille et de sa masse.

2012 TC4, l’astéroïde qui va frôler la Terre

L’atmosphère de la Terre est effectivement capable de venir à bout de tous les corps dotés d’un diamètre inférieur à une dizaine de mètres, mais les objets les plus massifs peuvent la traverser et atteindre ainsi la surface de notre planète.

Plusieurs cas ont été recensés par le passé. En 2013, un météore a ainsi été observé au-dessus du ciel du sud de l’Oural, et plus précisément au-dessus de la ville de Tcheliabinsk. Le corps n’était pas très imposant et son diamètre faisait ainsi une quinzaine de mètres pour une masse estimée entre sept et dix mille tonnes.

En franchissant l’atmosphère, le météore s’est fragmenté et l’explosion a libéré une énergie estimée par le JPL à environ quatre cent quarante tonnes de TNT et donc à trente fois la puissance de la bombe lâchée sur la ville d’Hiroshima à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L’explosion a créé une puissante onde de choc. Cette dernière a détruit des milliers de fenêtres et elle a aussi provoqué l’effondrement du toit d’une usine et de plusieurs murs.

2012 TC4 fait globalement la même taille que ce fameux météore, mais il ne représente aucun danger pour nos villes et leurs habitants. D’après les simulations effectuées par les astronomes et les agences spatiales, il devrait en effet passer à un peu plus de quarante mille kilomètres de notre position.

Un diamètre compris entre dix et trente mètres

C’est beaucoup à notre échelle, mais il faut tout de même rappeler que les satellites géostationnaires les plus éloignés se trouvent à seulement trente-six mille kilomètres de la surface de notre planète.

Malgré tout, il intéresse beaucoup la NASA et cette dernière a ainsi la ferme intention d’utiliser son réseau d’observatoires pour suivre le corps et récupérer le plus de données à son sujet. L’agence compte ainsi utiliser ses instruments pour suivre avec précision sa trajectoire et pour catégoriser le corps.

L’expérience est aussi l’occasion rêvée pour l’agence de tester son système de détection et de déterminer si les procédures mises en place par ses spécialistes sont suffisantes.

Toutefois, la NASA n’est pas la seule agence à s’intéresser à ce corps et l’ESA a également braqué tous ses instruments en sa direction en août dernier afin d’en apprendre le plus possible à son sujet.

D’après les études les plus récentes, le corps se déplacerait à environ trente mille kilomètres par seconde et il devrait passer au plus près de notre planète le 12 octobre.