La terrible histoire d’Anneliese Michel

Beaucoup ne le savent pas, mais le film L’exorcisme d’Emily Rose a été inspiré de faits réels. Il est basé sur l’histoire d’une femme qui a grandi en Bavière, en Allemagne de l’Ouest, dans les années 1960. Elle s’appelait Anneliese Michel. Son histoire, tout comme les circonstances de sa mort, a réellement été tragique. Après avoir mené une lutte acharnée contre ses démons, Anneliese Michel a fini par mourir de malnutrition et de déshydratation.

Anneliese Michel était une fervente catholique. Elle assistait à la messe deux fois par semaine. Pourtant, un jour, alors qu’elle avait 16 ans, quelque chose d’étonnant lui est arrivé. À l’école, elle s’est soudainement évanouie et est entrée en transe. Un an plus tard, elle a revécu une expérience similaire. Cependant, cette fois-là, elle avait aussi convulsé.

Une flamme symbolisant la disparition d'une personne
Image par Andreas Lischka de Pixabay

À la suite de sa crise, Anneliese Michel a décidé de consulter un neurologue. Le spécialiste lui a alors dit qu’elle était atteinte d’une épilepsie du lobe temporal. Pour rappel, ce trouble est connu pour provoquer des convulsions, des pertes de mémoire ainsi que des hallucinations.

A lire aussi : 11 choses que vous ignorez peut-être sur l’Exorciste

Maladie ou possession ?

Après son diagnostic, Anneliese Michel a commencé à suivre un traitement. Toutefois, son état ne s’améliorait pas. Elle a donc commencé à croire qu’elle était possédée par un démon. Elle disait qu’elle voyait le visage du diable partout et qu’elle entendait des voix.

Un jour, elle aurait même entendu des démons lui dire : « tu es damnée », « tu pourriras en enfer ». Anneliese a ainsi conclu qu’elle était vraiment possédée par le diable. De ce fait, elle s’est mise à chercher des solutions à son problème, en dehors de la médecine.

A lire aussi : David Gordon Green (Halloween 2018) pourrait réaliser une suite directe de L’Exorciste

Les séances d’exorcisme d’Anneliese Michel : le début de sa fin

À une certaine période de sa vie, les délires d’Anneliese Michel étaient devenus extrêmes. Des fois, elle arrachait ses vêtements et aboyait comme un chien. Parfois, elle mangeait même des araignées. Il lui arrivait aussi de lécher sa propre urine…

Pour venir en aide à Anneliese, le prêtre Ernst Alt avait adressé une pétition à Josef Stangl (son évêque local). Il a alors obtenu l’autorisation d’effectuer des séances d’exorcisme sur la jeune femme.

Ces séances devaient se faire dans le plus grand secret. En tout, il y en a eu 67 pendant 10 mois. Elles pouvaient durer jusqu’à 4 heures et étaient épuisantes, surtout pour Anneliese. Lors de ces exorcismes, les prêtres l’attachaient souvent.

Au final, Anneliese a commencé à ne plus manger. Le 1er juillet 1976, elle décéda faute de se nourrir et de s’hydrater. Elle est morte à l’âge de 23 ans. Les deux prêtres (Ernst Alt et Arnold Renz), qui ont mené les exorcismes ont été reconnus coupables d’homicide involontaire par négligence. La justice allemande les a condamnés à 6 mois de prison assortis de 3 ans de probation.