La terrible histoire de Frantz Reichelt, l’homme oiseau qui a trouvé la mort en sautant du haut de la Tour Eiffel

Franz Reichelt est un tailleur français d’origine autrichienne qui a fait une chute libre du haut de la Dame de Fer de Paris. Ce personnage est tristement célèbre du fait de sa mort qui a suivi ce saut, qu’il a réalisé pour tester son invention. Son œuvre était un parachute destiné à sauver des vies en cas de crash aérien. Le dispositif qu’il a conçu a fait l’objet de nombreux tests échoués, mais cela ne l’a pas arrêté.

Heinrich Franz Reichelt, alias Henri François Reichelt, a préparé son saut, en l’an 1912, vers le début du mois de février. Durant le jour J, les conditions météorologiques étaient peu favorables. Les proches de l’inventeur ont alors essayé de le dissuader de procéder à la dangereuse expérience, mais leurs tentatives ont été vaines.

Image par Free-Photos de Pixabay
Image par Free-Photos de Pixabay 

Le tailleur-inventeur a convoqué des journalistes pour enregistrer et médiatiser sa cascade. Des curieux se sont également rassemblés pour être témoins de ce qui allait être un incident dramatique.

Plusieurs tentatives échouées

Franz Reichelt est né à Wegstädtl, en 1879, et a décidé de vivre à Paris en 1898. Il a obtenu la nationalité française en 1909 et a adopté le prénom de François. Il gagnait sa vie en confectionnant des tenues d’affaires. Ce n’est qu’en 1910 qu’il a commencé à fabriquer des costumes-parachutes. Il a inventé le dispositif en réaction aux histoires des crashs mortels d’avions.

Son prototype pourvu d’ailes pliables faites de soie était concluant. Cependant, convertir ce dispositif en costume posait problème. Le premier costume portable pesait 70 kg pour seulement 6 m2. Il a ensuite essayé de le perfectionner.

Tous les essais que Reichelt a réalisés sur ses costumes-parachute ont échoué. À deux reprises, il a pris la place du mannequin pour se jeter d’une hauteur d’environ 10 m. La première fois, il en est sorti indemne ; mais lors de la suivante, il s’est cassé une jambe.

Un saut vers une mort certaine

L’inventeur a attribué ses échecs à un manque d’altitude. Il était persuadé qu’à une hauteur suffisante, son invention marcherait. Par conséquent, à partir de 1911, il a insisté pour réaliser des essais du haut de la Tour Eiffel. En février 1912, après avoir reçu l’autorisation de procéder à l’ expérience, il a annoncé qu’il allait le faire lui-même.

Sa dernière fabrication faisait 32 m2 pour seulement 9 kg, ce qui était extrêmement léger à cette époque. Malheureusement, ce jour-là, la température était de 0° avec des rafales de vent. Ses amis ont essayé de le convaincre de renoncer ou au moins d’utiliser des dispositifs de sécurité, mais sans succès.

Sur la rampe improvisée, il a hésité quelques secondes, mais sa confiance en son invention l’a poussé à passer à l’action. D’après certains témoins de la scène, le parachute s’est emmêlé autour de lui. La pression de l’air aurait été l’imprévu à l’origine de l’accident. Il est mort sur le coup, et l’impact a laissé un trou dans le sol. Sa dépouille était dans un piteux état.

Mots-clés histoire