La théorie du complot derrière le rachat de Nokia par Microsoft

En 2013, Microsoft a signé un chèque de 5,4 milliards d’euros pour acquérir la division mobile de Nokia. Une opération cruciale pour la firme qui pensait par la même occasion pouvoir prouver sa légitimité sur le marché.

Cette stratégie s’est malheureusement montrée infructueuse. En dépit du savoir-faire des ingénieurs de Nokia, Microsoft n’a pas réussi à imposer Windows Phone face à iOS et Android. Après plusieurs années passées à stagner, la plateforme a donc fini par disparaître totalement.

Une femme se tenant le visage dans les mains, avec un bonnet et des gants
Image par Free-Photos de Pixabay (image recadrée)

Mais ce que vous ignorez peut-être, c’est que cette fameuse opération de rachat a donné vie à une théorie… surprenante.

Nokia – Microsoft, un dossier sulfureux

Une théorie faisant de Stephen Elop, le PDG de Nokia à l’époque, une taupe recrutée par Microsoft.

La première fois que cette théorie a été évoquée, c’était en 2011, à l’occasion du Mobile World Congress. Un participant de l’événement a en effet directement demandé à l’homme s’il était une taupe recrutée par Microsoft. A l’époque, Stephen Elop a bien entendu nié l’accusation.

Pourquoi une telle rumeur ? Tout simplement parce que Microsoft et Nokia avaient déjà entamé un rapprochement stratégique. Un rapprochement qui avait beaucoup surpris à l’époque et qui avait poussé de nombreuses personnes à douter de l’honnêteté du PDG de l’entreprise finlandaise.

Par la suite, cette rumeur a pris de l’ampleur. Plusieurs médias l’ont en effet relayée et cela avait notamment été le cas du Global Post. A l’époque, nos confrères s’étaient appuyés sur les propos de plusieurs employés de Nokia, dont un qui pensait même que Stephen Elop avait été envoyé à la tête de l’entreprise… pour la faire couler et faire baisser la valeur de son action.

A lire aussi : Nokia X50 : un capteur de 108 mpx et un écran 120 Hz au programme

Stephen Elop, cheval de Troie de Nokia ?

Une manière de préparer le terrain pour la future acquisition de Microsoft.

Alors bien sûr, cette théorie ne se basait pas sur du vent. Mais plutôt sur le fait que le PDG de Nokia avait déjà travaillé pour Microsoft par le passé. L’entreprise l’avait en effet appelé en janvier 2008 pour lui donner la direction de la Business Division, une division notamment en charge de la suite Office. Il avait donc succédé à Jeff Raikes et il était resté à ce poste pendant deux ans… avant de prendre les rênes de Nokia.

Plus étrange encore, par la suite et une fois l’accord Microsoft-Nokia entériné, la firme de Redmond l’a rappelé en 2014 pour lui confier sa division matérielle. Une division extrêmement importante et qui avait en charge les tablettes Surface, les téléphones Nokia et… la Xbox. Un poste qu’il n’aura cependant conservé qu’un an.

Mais surtout, c’est un mémo rédigé en 2011, et donc avant le rachat de Nokia par Microsoft, qui a mis le feu en poudre. Dans ce mémo, un mémo envoyé à tous les employés, Stephen Elop évoquait un changement imminent dans l’histoire de la marque. Quelques jours plus tard, un partenariat entre Microsoft et Nokia a été annoncé. La valeur de l’action de l’entreprise a alors chuté de 14 %.

A lire aussi : Nokia va déployer la 4G sur la Lune

Sans doute le pire choix pour Nokia

Intrigués, deux journalistes finlandais ont alors mené une enquête poussée. Elle a conduit à la publication d’un livre, livre dont l’existence a été rapportée par Android Authority et dans lequel ces derniers affirment que cette théorie du complot autour de Stephen Elop est sans fondement :

“Elop n’était pas un cheval de Troie. Microsoft ne l’a pas introduit clandestinement dans Nokia avec un plan pour acheter plus tard l’activité de téléphonie de Nokia à bas prix. Nos entretiens n’ont donné aucune indication – aucune, que ce soit – qui aurait laissé entendre que cela aurait même pu être possible.”

Pekka Nykänen et Merina Salminen – L’opération Elop

Pour appuyer leurs propos, les deux journalistes expliquent notamment que Stephen Elop avait été choisi par le conseil d’administration de Nokia. Et que plusieurs personnalités travaillant pour Microsoft, notamment Bill Gates et Steve Ballmer, avaient à l’époque exprimé une forte opposition à ce choix.

Cela étant, dans leur livre, ils expliquent aussi que Stephen Elop a sans doute été le pire choix pour Nokia, arguant que ce dernier avait commis un nombre considérable d’erreurs stratégiques. Des erreurs qui ont contribué à la dégringolade de Nokia.

Mots-clés microsoftnokia