La vie avait peu de chances d’apparaître sur la Terre selon un astronome

Existe-t-il une forme de vie extraterrestre sur d’autres planètes ? Cette question taraude les scientifiques depuis des années. David Kipping, professeur au Département d’astronomie de Columbia (États-Unis), quant à lui, s’est interrogé sur les probabilités qu’une forme de vie intelligente apparaisse sur une planète ressemblant à la Terre.

Pour répondre à cette question, il a mené une étude qui a été publiée dans le journal Proceeding of the National Academy of Sciences, le 18 mai 2020. David Kipping a eu recours à une méthode statistique appelée inférence bayésienne pour déterminer les chances que la vie et l’intelligence se développent sur des planètes jumelles de la Terre.

Crédits Pixabay

À terme, cette étude devrait permettre aux scientifiques de comprendre comment la vie extraterrestre pourrait se former sur d’autres planètes.

Mieux comprendre l’émergence de la vie sur Terre

Les scientifiques savent que le premier organisme multicellulaire est apparu il y a environ 300 millions d’années après la formation de notre planète. Toutefois, ils ne savent pas exactement comment cette forme de vie a évolué sur Terre.

D’après David Kipping, cette étude permettra de mieux comprendre l’apparition de la vie sur notre planète.

« L’émergence rapide de la vie et l’évolution tardive de l’humanité, dans le contexte de la chronologie de l’évolution, sont certainement suggestives. Mais dans cette étude, il est possible de quantifier réellement ce que les faits nous disent. »

À lire aussi : FAST va partir à la chasse aux extraterrestres dès septembre

Les chances de voir apparaître une forme de vie intelligente sont faibles

La méthode d’inférence statistique bayésienne consiste à calculer les probabilités d’une hypothèse en se servant des informations ultérieures disponibles. Comme l’explique David Kipping, cette « technique s’apparente à des cotes de paris. Elle encourage le test répété de nouvelles preuves contre votre position, essentiellement une boucle de rétroaction positive pour affiner vos estimations de la probabilité d’un événement. »

Grâce à cette méthode, David Kipping a pu découvrir qu’il y avait d’assez fortes probabilités pour que la vie apparaisse sur une planète comme la Terre. Toutefois, ce ne serait pas le cas pour les formes de vie intelligente.

« Il est possible que l’intelligence soit extrêmement rare et que la Terre ait eu de la chance, mais cela reste tout à fait viable. Dans l’ensemble nous constatons une faible préférence, 3 contre 2 en pariant que l’intelligence émerge rarement étant donné notre arrivée tardive.”

Mots-clés astronomie