La voiture autonome d’Apple ne verra sûrement jamais le jour

Nombreuses sont les firmes de la Silicon Valley à avoir des vues sur le secteur des voitures autonomes, mais rares, voire très rares, sont celles qui parviennent à concrétiser leurs projets. Il semblerait qu’Apple soit dans ce cas de figure vis-à-vis de son Apple Car puisque le projet pourrait bien être en fin de course avant même d’avoir pris la route.

C’est en tout cas ce que laisse entendre le très sérieux New York Times dans un article dévoilant que la société de Tim Cook aurait revu sa copie quant à sa voiture autonome.

voiture-apple

Le projet de voiture autonome par Apple pourrait bien tomber aux oubliettes

« Apple serait en train de reconsidérer sa stratégie sur la question des voitures autonomes », voilà ce qu’il est possible de lire du côté du New York Times. La phrase paraît claire : Apple changerait donc de cap par rapport à son projet initial.

Reboot du projet et employés licenciés

Malheureusement pour ceux qui auraient voulu voir l’Apple Car débouler sur le bitume, le contenu de l’article n’est guère plus encourageant.

Ça ne va pas fort du côté de la division chargée du développement de cette fameuse voiture autonome. D’après le Times, Apple aurait procédé à un reboot du projet et n’envisagerait plus de lancer l’Apple Car un jour. Résultat des courses, sur le millier d’employés engagé pour plancher sur la voiture, plusieurs dizaines auraient d’ores et déjà été limogés.

Les responsables du projet, et les employés travaillant dessus, auraient eu – d’après l’article – du mal à expliquer ce qu’Apple pouvait apporter en plus de ses concurrents sur ce secteur spécifique. Ce qui est relativement embêtant, avouons-le.

La firme de Cupertino serait donc en pleine restructuration de cette division et chercherait à présent à développer une technologie permettant à une voiture de fonctionner en autonomie, en vue de rentrer par la suite en partenariat avec une ou plusieurs autres entreprises.

Les voitures autonomes : un secteur délicat

Apple n’est clairement pas la seule firme à se casser les dents sur les recherches menant aux voitures autonomes. Google, par exemple, est aussi en difficulté sur ce secteur.

La société – pourtant parmi les premières à s’être lancées dans l’aventure – peine à trouver des partenariats en vue d’une commercialisation, Fiat-Chrysler étant pour l’heure le seul le groupe a avoir répondu à l’appel.

Les choses se passent en revanche beaucoup mieux pour Uber, qui s’apprête (malgré les réticences de certains) à lancer les premiers essais grandeur nature de ses taxis autonomes.

Crédit Photo