La vraie histoire de James Bond

L’histoire raconte qu’Ian Flemming s’est inspiré du nom de l’ornithologue américain James Bond pour nommer le célèbre agent 007. À l’heure où les fans de la franchise attendent le prochain volet de la saga dont la sortie a été repoussée à 2021, on apprend qu’Ian Flemming  a peut-être créé ce personnage après avoir eu vent de l’existence d’un espion britannique du nom de James Albert Bond.

Cette information a fait surface après que l’Institut polonais de la mémoire nationale (IPN) ait publié des archives révélant l’existence de cet espion. À en croire ces documents, celui qui se faisait appeler James Albert Bond s’est installé en Varsovie le 18 février 1964 pour espionner des complexes militaires.

Crédits Unsplash

Pour réussir sa mission, il s’est fait passer pour un archiviste travaillant au sein de l’ambassade britannique.

Un espion d’une grande discrétion

D’après les archives dévoilées par l’IPN, James Albert Bond était un agent très discret et consciencieux qui est né à Bideford, dans le Devon, en 1928. Durant toute la durée de sa mission en Varsovie, il n’aurait eu aucun contact avec les citoyens polonais.

L’IPN le décrit comme « un agent de bas niveau avec un nom très médiatisé » qui était « intéressé par les femmes. » Entre octobre et novembre 1964, James Bond a essayé d’espionner les « installations militaires » de Bialystok et Olsztyn, situées à l’est de la Pologne.

A lire aussi : Un Spot TV pour No Time to Die

Un agent placé sous surveillance

Au moment où James Bond se trouvait en mission en Varsovie, Ian Flemming avait déjà publié 11 romans relatant les aventures de l’agent 007. Deux ans avant cela, le long-métrage « Dr No », qui met en scène Sean Connery et Ursula Andress, faisait ses débuts au grand écran.

D’après l’IPN, la popularité de cet espion au grand écran à peut-être portée préjudice au vrai James Bond. En effet, peu de temps après son arrivée en Varsovie, l’agent britannique a été placé sous surveillance.

« L’arrivée d’un agent aussi populaire n’est pas passé inaperçue auprès des responsables du Département II du Ministère de l’Intérieur. Une opération de surveillance qui a hérité du nom de code Samek a été mise en place et il a été placé sous haute surveillance », a indiqué l’IPN.

A lire aussi : No Time to Die, le prochain James Bond, se paye une grosse bande annonce

On peut dire que la mission de James Bond en Pologne s’est soldée par un échec. Il a quitté le territoire polonais le 21 janvier 1965 et s’est éteint en 2005.