La Xbox One n’aura pas besoin du Kinect pour fonctionner

La Xbox One sera proposée à partir de 499€, elle coûtera ainsi 100€ de plus que la PlayStation 4. Un écart de prix conséquent, justifié en partie par la présence, dans chaque boite, d’un Kinect 2.0. Un Kinect qui, selon le « product officer » de Microsoft », ne sera pas aussi indispensable qu’on pouvait le penser puisque la Xbox One n’en aura pas besoin pour fonctionner. Non, et en réalité, les joueurs auront parfaitement le droit de le désactiver s’ils le souhaitent, en se rendant simplement dans les paramètres de configuration de leur console. Étonnant ? Pas tant que ça, surtout pas par les temps qui courent.

Et surtout pas après les révélations d’Edward Snowden, des révélations portant notamment sur le programme de surveillance PRISM. Désormais, tout le monde sait que le gouvernement américain espionne le contribuable, avec l’aide et l’appui de plusieurs grands noms des nouvelles technologies. Dans ce contexte, une console qui reste systématiquement à l’écoute de ses utilisateurs n’est pas forcément ce dont les gens ont besoin. Ou envie.

Kinect Xbox One

Finalement, la Xbox One n’aura pas besoin du Kinect pour fonctionner.

Il semblerait que Microsoft l’ait bien compris. Interrogé par le site IGN, Marc Whitten a ainsi indiqué que la Xbox One pourra parfaitement fonctionner sans que le Kinect ne soit connecté. Attention cependant car pour désactiver le détecteur de mouvements, il faudra nécessairement passer par les options de la console et désactiver le périphérique. Ensuite, et bien si un titre a besoin du Kinect pour fonctionner, un message s’affichera demandant au joueur de le reconnecter à sa console. Le plus simplement du monde.

Marc Whitten n’en est pas resté là et ce dernier a également tenu à clarifier certaines choses touchant cette fois au « chat vocal » de la console. Sans grande surprise, la Xbox One et la Xbox 360 seront incapables de communiquer l’une avec l’autre par ce biais. Les joueurs pourront cependant se rabattre sur les messages textuels pour rester en contact avec leurs amis.