D’après Curiosity, Mars aurait abrité des lacs salés

Curiosity a posé ses roues sur la planète rouge le 6 août 2012. Depuis, le rover a parcouru une vingtaine de kilomètres seulement, mais cela ne l’a pas empêché de faire de nombreuses découvertes. La dernière en date a trait une fois de plus à l’histoire de Mars… et de ses lacs.

Mars n’a pas toujours été la planète désertique que nous connaissons.

Crédit photo PIXABAY

Grâce aux missions menées ces dernières années, les chercheurs ont en effet découvert que la planète rouge a beaucoup changé au fil de son histoire.

Mars, une planète très changeante

On sait ainsi que Mars a abrité durant ses jeunes années de l’eau à l’état liquide à sa surface. Des mers, des lacs et même des ruisseaux. Plus fou encore, d’après les simulations, un vaste océan recouvrait même une partie de l’hémisphère nord de la planète.

Tout a cependant changé il y a environ 4,2 milliards d’années, lorsqu’un événement a provoqué la disparition du champ magnétique de la planète. Les vents solaires ont commencé à balayer sa surface et l’atmosphère s’est alors progressivement étiolée, ce qui a ensuite provoqué l’assèchement de toutes les étendues d’eau présentes à sa surface.

Curiosity, de son côté, a élu domicile dans le cratère Gale et le rover a rapidement détecté des traces d’eau liquide. Nous avons alors découvert que le cratère en question avait abrité des lacs et des cours d’eau avant la disparition du champ magnétique martien.

Mais Curiosity n’a pas arrêté son périple. Deux ans plus tard, le rover a fini par atteindre le sommet du mont Sharp qui se trouve au centre du cratère Gale, continuant à envoyer d’importants volumes de données vers la Terre.

Une ressemblance avec l’Altiplano

Or justement, d’après une nouvelle étude publiée en début de semaine dans Nature Geoscience, Curiosity aurait permis de découvrir des roches enrichies en sels sulfatés situées dans une région baptisée Sutton Island.

En poussant plus loin leurs investigations, les chercheurs ont réalisé que les sels découverts à cet endroit étaient des sels minéraux mélangés à ses sédiments et ils pensent donc que ces derniers se sont peut-être cristallisés sous des étangs peu profonds, remplis d’eau salée… et en train de s’évaporer.

Contrairement aux idées reçues, dans leurs jeunes années, Mars et la Terre étaient assez proches l’une de l’autre. De ce fait, les chercheurs pensent que le phénomène qui a conduit à l’apparition de ces roches peut être assimilable à celui des lacs salins de l’Altiplano de l’Amérique du Sud.

Comme l’explique l’un des auteurs de l’étude, durant les périodes sèches, ces lacs deviennent moins profonds et tendent même à disparaître complètement… avant de réapparaître lorsque le climat change.

En conséquence, et en se basant sur les données collectées par Curiosity, les chercheurs pensent que Mars serait aussi changeante et que la planète pourrait ainsi connaître elle aussi des périodes d’assèchement ponctuelles.

Mais bien sûr, pour s’en assurer, il leur faut de nouvelles données. Et cela tombe bien puisque la mission de Curiosity est loin d’être finie.

Mots-clés curiositymars