L’administration chinoise va remplacer tous les équipements informatiques gouvernementaux par des appareils chinois d’ici les trois prochaines années

La décision est prise pour la Chine. L’utilisation de matériels informatiques de provenance étrangère sera progressivement bannie au sein de l’appareil administratif et des institutions publiques chinoises, avec un objectif, celui de tout remplacer par des matériels exclusivement chinois.

Le gouvernement chinois veut ainsi se protéger des tentatives d’espionnage en interdisant les produits informatiques étrangers à partir de 2020. Beijing, à travers le Parti communiste, a ainsi donné l’ordre aux instances gouvernementales de se préparer à ce nettoyage total.

Crédits Pixabay

Ce grand changement, désormais connu comme étant la « directive 5-3-2 » sera donc mis en œuvre suivant un plan de trois ans, avec un objectif de remplacement défini chaque année.

Un plan de remplacement des appareils et logiciels étrangers prévu pour 3 ans

Personne ne peut s’opposer à la nouvelle politique « 5-3-2 ». En effet, c’est le Parti communiste qui serait largement impliqué dans cette décision, d’après le Financial Times qui a publié officiellement cette intention de la Chine de vouloir progressivement remplacer l’intégralité de ses équipements informatiques. Selon l’agence de presse, ces informations auraient été fournies par une personne travaillant pour une entreprise de cybersécurité au courant de cette nouvelle politique.

Entre autres, concernant la directive « 5-3-2 », le gouvernement chinois a imposé une période de trois ans pour sa réalisation. Le plan de remplacement serait ainsi divisé en 3 phases. Pendant la première année (2020), les anciens appareils informatiques devraient être remplacés à 30% ; à 50% en 2021 et enfin à 20% en 2022.

En revanche, les entreprises privées ne sont pas impliquées dans cette directive. Elles sont libres de conserver leurs équipements informatiques en raison de la cherté des coûts de remplacement.

Une directive  radicale en réponse aux attaques américaines

En général, ce seront les produits informatiques (matériels et logiciels) américains qui feront principalement l’objet de remplacement au niveau des administrations publiques chinoises.

En effet, des géants de la technologie informatique comme HP, Microsoft ou Dell sont les principaux fournisseurs de l’administration chinoise et ce sont ces dernières qui subiront de plein fouet le contrecoup de cette décision somme toute très politique.

Une décision qui a en effet des allures d’interdiction des produits américains et constituerait une riposte chinoise à l’encontre des États-Unis et de l’administration Trump. Outre le but annoncé de se prémunir de toute tentative étrangère d’espionnage par le biais de ces fameux matériels informatiques.