L’affaire de harcèlement sexuel aura coûté à Tommy François sa place chez Ubisoft

Depuis quelques temps, Ubisoft fait parler de lui à cause d’allégations de harcèlement sexuel formulées à l’encontre de ses cadres dirigeants. Des enquêtes ont d’ailleurs été ouvertes afin d’y voir plus clair. Ce qui a finalement obligé le géant du jeu vidéo français Ubisoft à faire un grand ménage

Pour la précision, cette affaire a déjà conduit à la démission de Serge Hascoët, responsable des studios canadiens d’Ubisoft, de Yannis Mallat, responsable mondial des ressources humaines, Cécile Cornet, responsable Talents et Communication, ainsi que le vice-président de la rédaction Maxime Beland.

L’affaire de harcèlement sexuel aura coûté à Tommy François sa place chez Ubisoft

Et on apprend que c’est au tour de Tommy François, de quitter ses fonctions chez Ubisoft. En effet, après avoir été placé en congé administratif fin juin, ce cadre d’Ubisoft a finalement été licencié à la fin du mois dernier.

Une figure célèbre d’Ubisoft

Tommy François, l’un des employés seniors d’Ubisoft, avait la casquette de vice-président du pôle éditorial, aux côtés de Maxime Beland, tous deux basés au siège d’Ubisoft à Paris.

Il faisait partie des esprits créatifs les plus estimés de l’entreprise et les plus grandes franchises de la boîte ont vu le jour sous sa direction, notamment la série des Assassin’s Creed, Far Cry, Watch Dogs et Tom Clancy’s The Division.

Tommy François était par ailleurs le bras droit du directeur de la création Serge Hascoët, celui qui était chargé de superviser l’aspect créatif de tous les projets de l’entreprise.

Un manipulateur et un prédateur ?

Dans son édition du 2 juillet dernier, Libération le dépeint comme un manipulateur et un prédateur qui, malgré tout, a toujours été protégé par ses supérieurs et par les ressources humaines d’Ubisoft.

D’anciens et d’actuels employés l’accusent en effet d’abuser de son pouvoir pour les harceler et les maltraiter, notamment les femmes, qui se sentaient au plus bas de l’échelon dans ce système d’impunité et de privilège qu’elles qualifient d’ « extrêmement toxique ». Des accusations qu’il a toujours déniées.

Le 24 juillet dernier, il a donc été accusé de harcèlement et de conduite déplacée. D’autres histoires font écho à toutes ces allégations.

Pour rappel, les enquêtes sont en cours, si bien que le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot l’ait mis en congé administratif il y a quelque temps déjà, avant de finalement déclarer officiellement, et avec effet immédiat, que Tommy François ne fait plus partie de l’équipe d’Ubisoft, selon un e-mail vu par Business Insider.

Mots-clés harcelementubisoft