L’AFNOR veut moderniser nos claviers AZERTY

L’AFNOR s’est lancée dans une nouvelle mission visant à moderniser nos bons vieux claviers AZERTY… et vous avez même la possibilité de donner votre avis. Du moins pour l’instant.

Les premières études portant sur les dispositions des touches des claviers ont été faites en 1865. Il a cependant fallu attendre une décennie pour qu’elles débouchent sur la création du QWERTY. Contrairement à ce que beaucoup pensent, cette disposition n’a pas été étudiée pour optimiser la frappe des secrétaires, mais pour limiter autant que possible le risque de blocage des premières machines à écrire mécaniques.

Clavier

Remington a d’ailleurs été le premier constructeur du marché à proposer cette disposition sur ses machines.

L’AZERTY aurait-il du plomb dans l’aile ?

L’AZERTY a été inventé en France à la fin du XIXe siècle, mais personne ne connait ses véritables origines. Toutefois, cette disposition s’est rapidement imposée dans l’hexagone et elle a ainsi progressivement remplacé la disposition précédente, le ZHAY.

Depuis, la disposition de nos claviers et de nos machines à écrire est restée la même. Dans les années 70, l’AFNOR avait tenté de la moderniser en mettant au point une version française du QWERTY, mais le projet n’a pas abouti.

En 2015, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France a donc demandé à l’AFNOR de réfléchir à un nouveau modèle de clavier, un modèle plus moderne, plus accessible et plus simple d’utilisation. En cause, les caractères spéciaux des claviers actuels, des caractères qui ne sont pas toujours faciles à taper et qui exigent ainsi un effort important de la part des utilisateurs.

L’association a travaillé pendant plusieurs mois sur cette délicate question et elle a présenté au début de semaine le résultat de ses travaux.

Deux solutions envisagées par l’AFNOR

En tout, elle a imaginé deux solutions différentes. La première se présente sous la forme d’un clavier AZERTY amélioré. Les touches des lettres et des chiffres ne changent pas de place, contrairement aux caractères spéciaux qui se veulent plus accessibles. Vous trouverez à la fin de l’article un visuel représentant cette nouvelle disposition.

La seconde solution implique de nombreux changements, et pour cause puisqu’elle repose sur un clavier BEPO modifié. Inspiré par la disposition Dvorak, le BEPO a été inventé dans les années 30 et il propose une disposition totalement différente des touches. Cela implique donc un effort important de la part de l’utilisateur puisque ce dernier devra tout bonnement réapprendre à écrire.

L’AFNOR ne souhaite cependant rien imposer aux utilisateurs et elle a donc lancé une consultation publique. Chacun peut ainsi consulter les solutions proposées, les commenter et proposer des améliorations. Les documents se trouvent tous au même endroit, à cette adresse.

Attention cependant, car si vous voulez faire entendre votre voix, il faudra le faire avant le 12 juillet prochain. Ensuite, l’association travaillera sur la publication d’une nouvelle norme pour le mois de septembre. Les fabricants auront ensuite la possibilité de s’appuyer dessus pour leurs périphériques. Rien ne leur sera imposé, bien entendu.

AZERTY 1

La variante inspiré de la disposition AZERTY

AZERTY 2

La variante basée sur la disposition BEPO.