L’Allemagne aurait des preuves que Huawei pratique l’espionnage pour le compte de la Chine

Depuis quasiment un an, la méfiance à l’égard de Huawei est plus forte que jamais face à des accusations d’espionnage. Les États-Unis sont à l’origine de ces soupçons et Donald Trump n’a pas hésité à sanctionner la firme chinoise – qui profiterait de beaux cadeaux de la part du gouvernement chinois. Sans oublier que Huawei n’a plus accès aux technologies américaines comme celles de Google : le Huawei Mate 30 ne dispose pas des applications de la société américaine, et il en serait de même pour le futur Huawei P40. Mais les terres de l’oncle Sam ne sont pas les seuls à se méfier de l’entreprise chinoise.

Car selon Reuters, le Ministère allemand des Affaires étrangères aurait des preuves que Huawei participe à un espionnage massif, accompagné des services secrets chinois.

Une antenne 4G

Crédits Pixabay

De quoi relancer la polémique sur l’installation d’antennes 5G par Huawei.

Allemagne aurait en sa possession des documents compromettants pour Huawei

Huawei espionne-t-il les utilisateurs ? Selon Handelsblatt, relayé par Reuters, se serait bien le cas.

Le média explique que le Ministère allemand des Affaires étrangères possède des documents compromettants prouvant l’implication de Huawei, ce dernier ayant sans doute collaboré avec les services de renseignement chinois.

Selon Handelsblatt, c’est fin 2019 que les États-Unis auraient partagé ces informations avec l’Allemagne. Face ces accusations, Huawei a comme toujours tenu à clarifier la situation.

Huawei Technologies n’a jamais fait quoi que ce soit pour compromettre la sécurité des réseaux et données de ses clients, et ne le fera jamais […] L’article du Handelsblatt répète des allégations anciennes et infondées sans fournir la moindre preuve concrète.

Nul doute que ces révélations, si tant est qu’elles soient rendues publiques,  devraient alimenter le nouveau chapitre dans la guerre menée contre Huawei et les soupçons à son encontre. Le Parti social-démocrate d’Allemagne demande de son côté un bannissement de la firme chinoise du marché des antennes 5G tandis que le CDU/CSU n’a pas encore statué à ce propos.

Quant aux opérateurs allemands, une telle interdiction coûterait plusieurs milliards d’euros en plus d’un retard technologique.

Reuters explique, pour terminer, que l’actuelle chancelière allemande, Angela Merkel, aurait demandé d’attendre le sommet européen aux parlementaires avant de prendre une décision concernant ces soupçons d’espionnage.

Mots-clés 5Gchinehuawei