L’appel d’Emmanuel Macron sur le climat est entendu par plus de 150 scientifiques étrangers

Début juin, Emmanuel Macron a lancé un appel aux chercheurs du monde entier. Dans le cadre du projet écologique « Make our planet great again », il les invitait à venir en France pour travailler sur le climat. Un mois et demi plus tard, des milliers de scientifiques ont répondu à l’appel du président français sur le site internet www.makeourplanetgreatagain.fr.

Le CNRS, en charge d’étudier les candidatures, a révélé qu’environ cent-cinquante de ces chercheurs présentaient le profil requis pour participer au projet. Il est impératif qu’ils soient spécialisés dans la science du climat. Le dépôt de dossier prendra fin le 31 août 2017.

Ecolab

Le président Macron prévoit un budget de soixante millions d’euros pour financer les recherches d’une solution concrète contre le réchauffement climatique.

Continuer la lutte sans les États-Unis

Emmanuel Macron avait lancé son appel le 2 juin 2017, juste après que les États-Unis (USA) aient annoncé leur retrait de l’accord de Paris sur le climat. Le dirigeant français avait alors invité les scientifiques américains, mais aussi des autres pays, à venir continuer leurs recherches dans l’Hexagone. « À tous ceux que la décision du président des États-Unis a déçus, vous trouverez dans la France une seconde patrie. » a-t-il déclaré.

Rappelons que l’accord de Paris a pour objectif de lutter contre le réchauffement climatique. Il vise à réduire la hausse de température dans le monde à moins de 2° C. L’accord a été ratifié en 2015 par plus de 190 pays, dont la France et les USA.

Ces derniers se sont cependant retirés en juin, alors qu’ils font partie des principaux pays émetteurs de CO2 dans le monde.

L’initiative n’est pas au goût de tous

Si « les États-Unis ont tourné le dos au monde », Emmanuel Macron est décidé à poursuivre les recherches pour le climat. Le gouvernement a annoncé qu’il allait débloquer une trentaine de millions d’euros pour financer les recherches. Les trente millions restant seront à la charge des établissements de recherche souhaitant également participer au projet.

Si les intentions de Macron sont bonnes, l’idée de recruter des chercheurs étrangers ne fait cependant pas l’unanimité. La pilule a notamment du mal à passer pour certains universitaires surtout en ce qui concerne le budget. Le mécontentement est sans aucun doute lié aux récentes coupes budgétaires imposées par le gouvernement dans le secteur de la recherche.

L’idée a pourtant fait son chemin hors frontière. L’Allemagne vient aussi d’annoncer consacrer un budget de quinze millions d’euros pour financer les recherches sur le climat.

Mots-clés écologiepolitique