L’Apple Watch aurait aidé à résoudre une affaire de meurtre en Australie

L’Apple Watch a semble-t-il des vertus insoupçonnées et la petite montre connectée aurait ainsi aidé à résoudre une affaire de meurtre en Australie en contredisant le témoignage d’un témoin.

L’affaire s’est déroulée en septembre 2016 à Adelaïde, une ville de plus d’un million d’habitants située en Australie méridionale et donc au sud du territoire australien, non loin des Nouvelles Galles du Sud.

Myrna Nilsson a été retrouvée morte à son domicile, battue à mort.

Une Apple Watch aurait permis de résoudre un meurtre

Durant l’enquête, la police australienne a interrogé les proches de la victime et elle s’est ainsi longuement entretenue avec Caroline Nilsson, la belle-fille de la femme. Elle se trouvait en effet avec la victime au moment des faits et elle avait ainsi été retrouvée un peu plus tard par des voisins dans la rue, ligotée et bâillonnée.

Pendant l’interrogatoire, cette dernière a révélé aux enquêteurs que sa belle-mère avait eu maille à partir avec un groupe d’homme quelques minutes avant l’heure du décès, suite à un échange musclé sur la route.

Caroline Nilsson semblait honnête et le premier rapport rendu par le légiste allait globalement dans son sens. Toutefois, les enquêteurs chargés de l’affaire ont poursuivi leurs investigations et ils se sont notamment mis en tête de récupérer et d’analyser les données collectées par la montre intelligente de la femme, une Apple Watch flambant neuve.

En étudiant les informations relevées par la montre, l’expert médico-légal a été en mesure de déterminer un pic d’activité élevé au moment de l’affrontement supposé, un pic suivi ensuite d’une période de moindre activité pouvant correspondre à une perte de conscience.

Les heures ne collaient pas

Toutefois, les heures ne correspondaient pas. Le pic en question remontait en effet à 18h48 et la perte des signaux a été enregistrée sept minutes plus tard, autour de 18h45. Caroline Nilsson s’est alors retrouvée sur la liste des suspects.

En épluchant ses relevés téléphoniques, les enquêteurs ont ensuite réalisé que la femme avait utilisé son téléphone à 19h02 pour envoyer un SMS à son époux et à 19h23 pour se rendre sur eBay.

Seul problème, à ces heures, elle était censée avoir été ligotée par les ravisseurs et donc par les meurtriers présumés de sa belle-mère.

Caroline Nilsson a donc été poursuivie. Durant l’audition de la semaine dernière, la femme a gardé le silence et elle s’est contentée de sangloter durant toute la séance. La prochaine séance se déroulera le 13 juin.