L’application WeChat enregistre une flambée de téléchargements depuis la menace de fermeture par les Etats-Unis

Le vendredi 18 septembre, les États-Unis ont confirmé leur intention d’interdire le réseau social WeChat de leur territoire pour des raisons de sécurité nationale. Pour rappel, WeChat, à l’instar de Huawei et de TikTok, fait partie des sujets de discordes entre la Chine et les États-Unis à tel point que ces derniers souhaitent interdire leurs accès auprès des utilisateurs américains.

Pour le cas particulier de WeChat, le département américain du Commerce a émis une ordonnance qui ordonnait à Apple et Google de supprimer WeChat de leur magasin d’applications respectif. Néanmoins, un juge américain s’est opposé à cette décision le dimanche 20 septembre 2020.

Crédits Unsplash

Malgré cela, le département américain du commerce a déclaré lundi 21 septembre qu’il contesterait la décision du juge.

Les utilisateurs américains ne sont pas prêts à se passer de WeChat

La société d’analyse de données Sensor Tower a effectivement dévoilé une fulgurante hausse du nombre de téléchargements de l’application de l’entreprise chinoise Tencent entre le vendredi 18 et le samedi 19 septembre 2020.

Si une semaine auparavant, WeChat ne comptait que 1.900 téléchargements au cours de la même période, ce chiffre est monté jusqu’à 54.000 téléchargements entre vendredi et samedi dernier.

WeCom, une application de collaboration de bureau dénommée auparavant WeChat Work, a également vu ses téléchargements passer de 300 à 58 000 ce week-end. Bien que Tencent ait expliqué aux médias chinois que WeCom était un produit complètement différent de WeChat, WeCom permettrait à ses utilisateurs de lier leur compte WeChat puis d’y ajouter leurs contacts. Ils peuvent également envoyer des messages, créer des groupes de discussion et recevoir de l’argent virtuel de leurs amis WeChat sans que ces derniers ne soient obligés de télécharger WeCom.

Les États-Unis continuent de mener une vendetta contre les sociétés et applications chinoises

Alors que les États-Unis et la Chine se heurtent à des problèmes allant du commerce à la technologie et en passant par la gestion de la pandémie de coronavirus, les États-Unis ont décidé de réprimer les entreprises technologiques et applications chinoises sur son territoire. Son motif phare ? La sécurité nationale.

WeChat, rappelons-le, rassemble plusieurs fonctionnalités. Selon Reuters, en plus d’être un réseau social et une plateforme de messagerie, l’application propose aussi des fonctions de paiement et d’autres services. Elle dénombre d’ailleurs plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde. Niant que ses applications constituent un quelconque risque pour la sécurité nationale des États-Unis, Tencent a toutefois prévenu que la suppression de l’application sur l’App Store et le PlayStore pourrait nuire aux utilisateurs américains du réseau social étant donné qu’ils ne pourraient plus disposer des dernières mises à jour disponibles. Et ça, ça porte réellement atteinte à la sécurité des utilisateurs.