L’armée américaine développe un F-16 autonome

L’automatisation de nos technologies se développe et se transpose à tous les domaines de notre société. L’armée de l’air américaine a testé début avril un modèle de F-16 sans pilote.

En collaboration avec l’entreprise Lockheed Martin, fabricant du F-16, les USA ont effectué avec succès une batterie de tests pour démontrer les capacités de ce « drone » de chasse.

L’avenir signifie-t-il une disparition des pilotes de chasse ? Certainement pas, mais cela promet une évolution organisationnelle des déploiements aériens et des missions.

Un avion téléguidé à 20 millions de dollars

Il s’agit d’une avancée majeure dans le monde de l’aéronautique. En effet, ils sont parvenus à faire voler de manière totalement autonome ce chasseur en tant que complément d’un autre avion avec un « vrai » pilote à son bord. En bref, deux avions, donc double puissance de frappe pour un seul pilote.

Le système ultra sophistiqué réussit à effectuer parfaitement toutes les manœuvres demandées de manière automatisée. Les essais ont duré deux semaines, période pendant laquelle le drone a su faire face à des menaces au sol en les neutralisant.

L’avancée se situe également au niveau du contrôle de l’appareil, qui peut ainsi s’effectuer depuis un autre avion en vol, et non pas uniquement depuis une base au sol, mais également en indépendance totale tel un drone classique.

Le futur tel un jeu vidéo

La mise en oeuvre des systèmes autonomes sur les avions de chasse est une révolution pour les armées. Pour l’heure, la technologie réservée aux Etats-Unis est toujours en développement. Mais une fois qu’elle sera prête, elle offrira de nombreux avantages.

En effet, elle permettra de doubler, voire pourquoi pas tripler l’armement contrôlé par un seul homme. Ce qui sous-entend moins d’hommes déployés sur des zones à risques. Un bénéfice majeur. Les drones complémentaires pourront également servir d’éléments de diversion ou de solution de secours à un pilote en difficulté.

Une puissance démultipliée qui s’offre en toute logique avec des coûts plus élevés pour les armées à l’heure des restrictions budgétaires.

Le dispositif actuel a été porté sur un avion « de série » conçu pour être piloté par un (ou deux)  homme. La transformation en drone laisse penser à des modifications esthétiques importantes à l’avenir, voir à laisser place à l’apparition de modèles totalement différents de ce que l’on peut connaitre.

Imaginez dans le futur, la puissance démesurée d’un porte-avions totalement autonome qui déploierait des dizaines de « drones »…