L’astéroïde qui a tué les dinosaures a visiblement frappé la Terre au pire angle possible

L’astéroïde qui a anéanti les dinosaures se serait écrasé sur le pire endroit et au pire angle qui soit. Rappelons que ce cataclysme a provoqué l’extinction des dinosaures et a détruit 75 % de la vie sur la planète.

En plus, les débris et les gaz projetés dans la haute atmosphère ont radicalement changé le climat. Cet événement s’est déroulé dans le sud du Mexique, il y a environ 66 millions d’années.

Un astéroïde flottant dans l'espace

Crédits Pixabay

La collision de l’astéroïde de 12 km de diamètre dans le Yucatán est connue comme étant la principale origine de ce phénomène d’extinction de masse.

Le fait est que l’objet spatial a atterri sur une poudrière pétrolière. La suie libérée dans l’atmosphère aurait donc provoqué l’extrême refroidissement climatique. Après l’impact, la température moyenne à la surface de la planète a chuté de -10 °C à -8 °C.

Gareth Collins, de l’Imperial College de Londres, est l’auteur principal de cette étude. Aidé par ses collègues de l’université de Fribourg et de l’université du Texas, il a réalisé une série de simulations.

Une énorme quantité de suie dans l’atmosphère

L’étude repose sur la reconstitution d’une carte de régions qui regorgent de roches sédimentaires pétrolifères. Les données géologiques ont permis de comprendre le déroulement du cataclysme. Les simulations 3D ont démontré le rebondissement des roches qui ont amené la formation du cratère.

Processus qui n’aurait duré que quelques minutes.

L’impact survenu à Chicxulub aurait brûlé une énorme quantité de roches riches en pétrole. Il a libéré près de 1,7 milliard de tonnes de particules fines de carbone noir dans l’atmosphère, soit une quantité de suie pouvant remplir un stade de baseball. Cela aurait été différent si l’astéroïde avait atterri dans n’importe quelle autre région du monde. Ou même à un autre angle. Toujours d’après l’étude, le corps aurait frappé notre planète à un angle de 60 °, soit le pire angle qui soit.

Même si la pluie a rapidement nettoyé le ciel de la suie, environ 385 millions de tonnes auraient continué de circuler dans la haute atmosphère, obstruant ainsi la lumière du soleil. « L’impact de Chicxulub a éjecté d’énormes quantités de poussière et de gaz qui ont englouti l’atmosphère. De grandes quantités de soufre sont restées en suspension dans l’air et ont bloqué le Soleil, refroidissant, ainsi, le climat de plusieurs degrés Celsius », a expliqué Collins.

À lire aussi : Cet astéroïde bizarre se comporte comme une comète

Pour mieux prédire le climat

Ces travaux de recherche pourraient servir à l’élaboration des modèles afin de reproduire les modifications survenues sur notre planète au fil des millénaires. C’est essentiel pour analyser les effets de l’actuel changement climatique.

« Nous pouvons inclure ces facteurs à nos modèles et analyser les conséquences : que se passe-t-il lorsqu’une énorme quantité de soufre, de suie ou de dioxyde de carbone est relâchée ? Nous pouvons tester ces hypothèses et en apprendre davantage sur la composition chimique de notre atmosphère », a écrit le chercheur.

À lire aussi : A la chasse aux impacts d’astéroïdes sur la Lune

Mots-clés astéroïdes