LB-1, le trou noir tellement grand qu’il ne devrait pas exister

Selon les modèles prédictifs actuellement établis par les scientifiques, il existe deux types de trous noirs. Il y a les trous noirs stellaires, dont la masse peut atteindre jusqu’à 20 fois celle du soleil. Ils se forment après l’extinction d’une grande étoile. Il existe également des trous noirs dits supermassifs.

Ils ont au moins un million de fois la masse solaire. Leur origine est encore inconnue. Dernièrement, une équipe de chercheurs a trouvé un trou qui ne semble appartenir à aucune des deux catégories.

Des astronomes ont découvert 83 trous noirs dans l'Univers proche

Crédits pixabay.com

Le trou noir nouvellement découvert a été baptisé LB-1. Il a été déniché par une équipe internationale de scientifiques à travers le télescope chinois LAMOST. Il a environ 70 fois la masse du soleil. Sa taille a été confirmée par le télescope espagnol Gran Telescopio Canarias et le télescope américain Keck I.

LB-1 est situé dans la Voie lactée, plus précisément à 15 000 années-lumière de la Terre.

Formé par un autre mécanisme physique

La recherche a été dirigée par Liu Jifeng, des Observatoires astronomiques nationaux de l’Académie des sciences de Chine ou NAOC. Il a expliqué que notre galaxie contient 100 millions de trous noirs stellaires. Pourtant, LB-1 est deux fois plus massif que ce que les scientifiques croyaient possible pour ce type en particulier. « Les trous noirs d’une telle masse ne devraient même pas exister dans notre galaxie, selon la plupart des modèles actuels d’évolution stellaire », a souligné Liu.

De plus, LB-1 n’est logiquement pas issu d’une supernova, car sa masse est comprise dans une fourchette appelée « écart d’instabilité de paire ». Le fait est que, normalement, lorsqu’une étoile typique de la Voie lactée s’éteint, une grande partie du gaz est empotée par les vents stellaires. C’est ce qui empêche les trous noirs stellaires d’avoir la masse de LB-1.

« Cela signifie qu’il s’agit d’un nouveau type de trou noir, formé par un autre mécanisme physique », a déclaré le scientifique. « Maintenant, les théoriciens devront relever le défi d’expliquer sa formation », a-t-il ajouté.

Une technique utilisée depuis des décennies

LB-1 a été découvert grâce à une ancienne technique qui consiste à suivre les mouvements d’un « grand nombre d’étoiles sur une longue période de temps ». Les chercheurs l’ont repéré après avoir identifié son compagnon. Cette approche a été utilisée depuis des décennies. Néanmoins, elle est plus efficace avec le LAMOST, qui est l’un des télescopes les plus puissants au monde.

Une autre méthode consiste à trouver les trous noirs à partir des rayons X qu’ils émettent. Néanmoins, cette technique est limitée, car il faut que l’étoile compagnon soit très proche du trou noir pour que le rayonnement soit détectable.

Mots-clés astronomietrou noir