Le bébé le plus vieux du monde a 28 ans

Molly Everette Gibson est née le 26 octobre dernier, et elle s’est rapidement retrouvée sous le feu des projecteurs en raison de l’âge de son embryon. Ce dernier avait en effet 28 ans, soit un an de moins que celui de Tina, la mère de l’enfant.

Tout a commencé en octobre 1992, il y a donc très exactement vingt-huit ans de cela.

Photo d'un bébé alimenté avec un biberon
Photo de Dirk Beeki Shumacher. Crédits Pixabay

Une femme, dont l’identité n’a pas été révélée, est tombée enceinte de jumelles. On ignore ce qui l’a poussé à prendre cette décision, mais elle a alors décidé d’offrir les deux embryons à la science.

Un bébé nait d’un embryon de 28 ans

Ces derniers ont alors été prélevés de son utérus puis congelés.

En 2017, Tina Gibson et son époux ont décidé de faire appel à une FIV afin de pouvoir devenir parents. Le couple n’arrivait pas à concevoir et il luttait contre l’infertilité depuis plusieurs années.

Il leur a alors été proposé d’utiliser un des deux embryons congelés en 1992. Le couple a accepté et Tina Gibson a donné quelques mois plus tard naissance à Emma, sa première fille. Emma dont l’embryon était alors âgé de vingt-quatre ans au moment des faits.

A lire aussi : Des embryons humains génétiquement modifiés avec un ciseau moléculaire

L’embryon a été congelé un an après la naissance de sa mère

Puis, en 2020, le couple a ressenti le besoin d’agrandir la famille. Après concertation, Tina et son époux ont donc décidé de procéder à une seconde FIV. Il leur a alors été proposé d’utiliser le deuxième embryon congelé en 1992.

Tina a accepté. Elle a alors donné naissance le 26 octobre dernier à Molly Everette Gibson, sa seconde fille. Une fille dont l’embryon était donc âgé de vingt-huit ans. Soit un an de moins que l’âge de sa mère qui a fêté cette année son vingt-neuvième anniversaire.

Elle est effectivement né un an avant que les embryons de ses deux filles ne soient congelés.

Cette histoire peut surprendre, mais elle revêt une importance capitale sur le plan médicale. Avant Molly Everette, le précédent record était attribué à un bébé dont l’embryon avait été congelé vingt-sept ans avant sa naissance.

A lire aussi : Bonne nouvelle, l’être humain est toujours en train d’évoluer

Un record prometteur

Jusqu’à présent, ces vingt-sept années constituait donc une limite et cette dernière vient donc d’être levée.

C’est important, et pas uniquement pour les couples faisant appel à des FIV. L’avenir de notre espèce se trouve en effet dans les étoiles, mais nous ne disposons actuellement pas de vaisseaux suffisamment rapide pour pouvoir attendre d’autres systèmes dans une vie humaine. Si nous devons un jour établir une colonie sur la planète d’un autre système solaire, alors faire appel à des embryons congelés pourrait être une option.

A noter que les deux embryons ont été fournis par le Centre national de don d’embryons de Knowville. Cette organisation chrétienne reçoit les embryons résultant de parents qui ont subi une FIV, mais qui n’ont pas utilisé l’embryon pour une grossesse.

En tout, le centre a permis 1 000 naissances, mais celles d’Emma et de Molly sont uniques en leur genre.