Le Big Bang critiqué par un cosmologiste détenteur d’un Prix Nobel

Le détenteur du prix Nobel de physique de cette année, James Peebles, a grandement contribué aux progrès réalisés dans le domaine de la cosmologie.

Ses premiers travaux sur le rayonnement de fond cosmique (cosmic background radiation) ont notamment aidé à établir les bases de l’explication de l’univers à ses débuts. Mais s’il y a une expression que Peebles n’aime pas entendre, c’est bien « Big Bang Theory ».

Une explosion, le Big Bang ?

Crédits Pixabay

Pas de preuves solides pour soutenir la théorie du Big Bang

Le mois dernier, le comité Nobel a rendu hommage à Peebles pour son travail réalisé depuis le milieu des années 1960 dans le développement du cadre théorique actuel des débuts de l’univers. Mais le professeur émérite de Princeton a tenu à souligner qu’il ne sait rien concernant la naissance de l’univers. « Il est très regrettable que l’on pense au début alors qu’en fait, nous n’avons aucune bonne théorie sur une telle chose « , a-t-il déclaré à l’AFP lors d’un entretien.

Plus récemment lors d’un événement honorant les lauréats du prix Nobel résidant aux États-Unis, Peebles a déclaré : « la première chose à comprendre à propos de mon domaine est que son nom, Big Bang Theory, est tout à fait inapproprié ». L’homme de 84 ans a poursuivi son exposé en expliquant qu’il n’y avait en fait aucune preuve concrète d’une explosion géante qui a donné naissance à l’univers.

En revanche, il dit que nous avons à ce stade une « théorie de l’évolution bien établie d’un état précoce », commençant par « les premières secondes de l’expansion » – littéralement les premières secondes du temps qui ont laissé des signatures cosmologiques appelées « fossiles ». Les fossiles cosmologiques les plus anciens étant la création d’hélium et d’autres particules résultant de la nucléosynthèse qui a eu lieu alors que l’univers était très chaud et très dense.

Pour Peebles, ces théories sont bien argumentées en raison de la prépondérance de preuves et de tests, contrairement aux théories de la phase mystérieuse précédente. « Nous n’avons pas de test sérieux sur ce qui s’est passé plus tôt dans le temps », a t-il déclaré. « Nous avons des théories, mais nous ne les avons pas testées. »

Peebles se résigne à utiliser le terme « Big Bang »

Pour le prix Nobel de physique, les théories s’établissent lorsqu’elles passent des tests. Ce qui n’est pas le cas pour la théorie du Big Bang.

« Des théories, n’importe quel physicien brillant peut en inventer. Mais elles pourraient ne rien avoir avec la réalité. On découvre quelles théories sont proches de la réalité en les comparant à des expériences. Nous n’avons simplement aucune preuve expérimentale de ce qui s’est passé auparavant. », affirme Peebles.

Quand à savoir quel terme il préférait au « Big Bang », Peebles répond qu’il a abandonné et qu’il utilise « Big Bang » malgré le fait qu’il ne l’aime pas. « Pendant des années, certains d’entre nous ont essayé de persuader la communauté de trouver un meilleur terme, sans succès. Donc, c’est le ‘Big Bang’. C’est malheureux, mais tout le monde connaît ce nom. Alors j’abandonne. »

Mots-clés cosmologieunivers