Le big boss de Take-Two pense que le Cloud Gaming n’est pas une bonne idée

Le Cloud Gaming est source de tous les fantasmes et fait beaucoup parler de lui. La promesse ? Celle d’accéder à un catalogue illimité de jeux vidéo en streaming en échange d’un abonnement, à l’image d’un Netflix pour les films/séries ou Spotify pour la musique. Beaucoup de firmes se sont lancées sur ce terrain comme Google, Microsoft ou encore Apple – les services ne sont pas encore disponibles donc impossible de juger pour le moment. Mais alors que toute l’industrie semble emballée, il reste un récalcitrant : Strauss Zelnick, PDG de Take-Two (qui possède notamment Rockstar, papa de GTA et Red Dead Redemption).

C’est lors d’une interview pour le site VentureBeat que l’homme a donné son point de vue et ses nombreux arguments.

Avec l’expérience de Strauss Zelnick, impossible de ne pas tendre l’oreille et écouter ses arguments.

Pour Strauss Zelnick, le jeu vidéo ne convient pas au modèle économique de l’abonnement

Les jeux vidéo par abonnement représentent-ils l’avenir ? La promesse est belle : un tas de titres accessibles sans gros hardware et en illimité. Pourtant, Strauss Zelnick, big boss de Take-Two, n’est pas emballé ! L’homme explique qu’un foyer américain ne sera jamais abonné à plusieurs plate-formes et qu’une unique société raflera la mise auprès des abonnés.

Il faut dire que le Cloud Gaming n’est pas encore lancé que plusieurs firmes se disputent ce marché émergent : Apple, Microsoft, Google…

Pour Strauss Zelnick, un tel modèle économique ne peut fonctionner avec les jeux vidéo. Le big boss de Take-Two explique qu’un joueur se concentre en général sur un ou deux titres en même temps et pendant plusieurs heures. Offrir un abonnement illimité avec un énorme catalogue serait une perte pour les abonnés qui ne l’exploiteront pas totalement et s’en désintéresseront rapidement.

L’homme laisse tout de même la voie ouverte à un succès et explique que “le Game Pass est déjà disponible”. Un service d’abonnement proposé par Microsoft – mais ne reposant pas sur le Cloud Gaming.

Bien évidemment, ce regard de Strauss Zelnick est purement personnel et se base sur son expérience dans le milieu vidéoludique. Rien ne dit que l’homme a raison et que le Cloud Gaming sera un échec – même si il est évident qu’un grand gagnant se démarquera.